SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Ministre de l’Agriculture: Pas de crise du blé et du sucre mais il y a des prix élevés

Le ministre de l’Agriculture Abbas Al-Haj Hassan a souligné qu’« il n’y a pas de crise du blé au Liban, mais il y a des prix élevés, en raison de la crise russo-ukrainienne, qui pèse lourdement sur le Liban ».

« Le plan du blé commence par ce qui est planté maintenant, où toutes les terres plantées à l’intérieur et dans le sahel seront soigneusement étudiées afin que nous ayons des informations réelles et précises pour chaque agriculteur, afin que nous puissions atteindre le stade de soutien qui sera assuré par les pays et organismes donateurs, tout le travail du gouvernement est concentré aujourd’hui sur le soutien à sens unique, qui est le blé », a déclaré Hassan dans un discours lors d’une réunion en l’honneur d’un certain nombre d’acteurs de la Bekaa occidentale et de Rachaiya, d’agriculteurs, de dirigeants d’associations, de membres de syndicats agricoles, de maires.

Il a ajouté: « L’État libanais et le plan que nous avons lancé ne peuvent pas réussir si la garantie n’existe pas, et je confirme que le gouvernement libanais a pris à l’unanimité la décision que la récolte de blé tendre et d’acier sous la garde du gouvernement libanais est représentée par le ministère de l’Économie pour mettre en place un mécanisme clair en termes de prix, de calendrier et de paiement, et à partir de maintenant jusqu’à la saison des récoltes, les choses seront terminées à cet égard. »

Il a déclaré « Je crois que la gouvernance au Liban est un partenariat et que nous ne pouvons pas annuler, le néoliganisme et la discorde politique pour faire une patrie », ajoutant que « en politique, nous devons avoir notre propre projet, mais il est difficile et triste pour l’un d’entre nous d’avoir un projet qui contredit et contredit la formule de coexistence, le pays est dans un endroit très difficile et nous devons être humbles, voici certaines choses que nous aurions pu combattre en politique aujourd’hui qui ne sont jamais autorisées ».

IL a ajouté « En ce qui concerne le contrôle des capitaux, nous, en tant que couple national du gouvernement libanais, avons eu une position et enregistré une objection, car dans la forme et le fond, il y a des erreurs juridiques mortelles, et il y a un problème juridique qui doit être résolu et il est maintenant sous la garde de la Chambre des représentants . Il n’y a pas de crise dans le niveau de sucre, d’huile et de blé ».