SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Ministre de l’Energie: L’accord avec l’Egypte va fournir 650 millions de tonnes et 450 mégawatts

Le ministère de l’Énergie et de l’Eau, dans les installations pétrolières de Tripoli, sous l’égide du ministre Walid Fayad, a lancé deux projets: le premier pour la maintenance de l’Arab Gas Line par la société égyptienne TGS, et le second est le lancement du processus de qualification des entrepreneurs et des entreprises préparé par la société de consultants « Dar Al-Handasah » pour construire des réservoirs de dérivés pétroliers dans le cadre d’un contrat signé entre le ministère et la société russe « Rosvent ».

Le ministre de l’Énergie a remercié « les porteurs de projets et tous ceux qui ont contribué au lancement de cette étape, qui comprenait la signature formelle de l’accord avec les deux entreprises », notamment l’Égypte, la Jordanie, la Syrie et la communauté internationale.

Il a souligné que « ce projet a une double importance stratégique: la première est le fournissement d’une capacité excédentaire, en augmentant la fourniture d’électricité à environ 8 à 12 heures, à un coût nettement inférieur à la facture que nous payons aujourd’hui, et ainsi il met le Liban sur la carte des centres commerciaux en tant que pays central pour l’exportation des dérivés du pétrole. Quant à la deuxième partie, elle est liée à la clarification que le type de ce gaz est un mélange de combustibles, et il fournit environ huit mille mégawatts et réduit la pollution émise par la centrale. »

Il a dit: « L’accord avec l’Egypte permet d’obtenir 650 millions de tonnes, fournissant 450 mégawatts.

En ce qui concerne le deuxième projet, il a expliqué que « l’importance de ce projet réside dans l’élargissement et l’expansion du marché d’investissement et commercial du Liban dans la région, afin qu’il soit ultérieurement adopté comme centre commercial principal pour les dérivés du pétrole, avec l’achèvement de la maintenance de l’oléoduc irakien transporté de Kirkouk à l’installation pétrolière de Tripoli, ce qui conduit à la sécurité des carburant à l’intérieur du Liban, en plus de son importance dans le fournissement des financements extérieurs au vu de la crise économique que traverse le Liban. »