SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Ministre de l’Environnement: Nous be connaissons pas le moment de la chute des silos de blé

L’attention se tourne toujours vers les silos d’où les nuages de poussière se sont intensifiés, tandis que les forces de sécurité travaillent à protéger l’endroit de peur que les absurdités ne tombent à tout moment.

« La quantité de 6 500 tonnes de céréales était là, et en quelques mois, nous avons pu l’enlever avec le soutien de l’ambassade de France et le traiter d’une manière respectueuse de l’environnement, et le grain s’est transformé en bois industriel plus tard », a déclaré Nasser Yassin, ministre de l’Environnement du gouvernement intérimaire, lors d’une interview avec « Annahar ».

Il a déclaré « Des milliers de tonnes sont encore à l’intérieur des silis, dont 3 000 tonnes de blé à l’intérieur des silos, dont 900 tonnes dans les silos qui ont brûlé, une grande quantité, qui est soumise à la fermentation et à l’autocombustion en raison des conditions météorologiques, et un comité scientifique suit la situation, et a conseillé de ne pas pulvériser d’eau en raison de l’augmentation de l’humidité et donc d’augmenter l’inflammation ».

« La position des silos sur le côté nord des marais a été affectée, tandis que la partie sud est stable », a-t-il déclaré, ajoutant que « le processus de l’écorce a augmenté ces derniers jours, ce qui peut conduire à la chute de certaines parties du nord ».

Lorsqu’on lui a demandé quand et quelle serait l’ampleur de la chute, Yassin a répondu: « Nous ne pouvons pas savoir quand le non-sens tombe, nous ne connaissons pas la taille de la chute, mais nous surveillons le changement qui augmente au fil du temps, et auparavant nous surveillions une courbure de 2 mm dans les 24 heures, et la flexion sur ce nombre s’est stabilisée pendant un an, mais au cours des dernières semaines, le mouvement a considérablement augmenté, et les capteurs ont surveillé une courbure de 2,5 mm par heure au lieu d’être dans les 24 heures. »

Sur les directives sur la sécurité publique en cas de chutes, et la nécessité d’évacuer les zones environnantes, Yassin a souligné qu' »il n’est pas nécessaire d’évacuer la population des environs », et a révélé qu’il avait contacté la Société libanaise d’électricité pour essayer de fournir de l’électricité aux zones proches du port et à une distance de 1500 mètres, afin d’assurer le refroidissement par temps chaud, qui sera affecté par la poussière en cas de chute, ce qui empêchera l’ouverture des fenêtres, mais pas de réponse à ce jour.

« Le dossier du port de Beyrouth a été l’une de mes priorités et l’un de mes agendas depuis la formation du gouvernement, en particulier lorsque j’ai appris que de grandes quantités de céréales étaient à l’écart en raison de la chaleur et des conditions climatiques », a déclaré Yassin.

    la source :
  • An-Nahar