SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Mneimneh à SBI: L’approche du gouvernement concernant le budget est mauvaise et n’a rien à avoiravec le plan de redressement

  • Deux jours après les consultations parlementaires pour désigner un Premier ministre, la question de l’approbation du budget est soulevée à la Chambre des représentants, ce qui n’est pas moins important que la formation d’un gouvernement.

La commission des finances et du budget s’est réunie mercredi dernier pour discuter du budget et a décidé d’inviter le gouvernement à discuter de la question, d’autant plus que le pays doit approuver le budget de toute urgence.

Ibrahim Meneimneh, membre de la Commission des finances et du budget, a déclaré dans une interview accordée à SBI que le gouvernement intérimaire s’est appuyé sur une approche purement comptable pour préparer le budget général, ce qui signifie cibler un certain niveau de recettes, de dépenses et de déficits budgétaires, et essayer de concilier les chiffres sur cette base.

Il a souligné « Cette approche est mauvaise et ne sert pas le cours de la reprise financière » notant que le budget est le principal outil qui définit la politique budgétaire de l’État, et cette politique doit être formulée à la lumière du plan intégré de redressement financier, et en fonction des objectifs et des priorités fixés par ce plan.

Meneimneh a souligné que le budget devrait faire partie d’une stratégie et d’une vision globale d’une solution, et pas seulement de calculs purement financiers comme le gouvernement l’avait fait auparavant. En ce sens, l’austérité n’est pas un objectif final en soi, et le gouvernement a essayé de l’inscrire comme base pour cibler un taux de déficit, mais plutôt autant que possible dans les dépenses publiques mais sur des priorités compatibles avec les objectifs du plan.

Dans le même temps, le plan prévoit certaines corrections par rapport aux taux de change adoptés pour faire face aux droits et taxes, comme le dollar douanier, et pour nous toute correction de ces taux de change est censée faire partie du processus d’unification progressive des taux de change afin de rendre justice aux déposants en termes de taux de change adopté pour les retraits, de stabiliser progressivement le niveau du taux de change, d’alléger les pressions vives résultant de la détérioration du taux de change de la livre libanaise.

En ce qui concerne le plan budgétaire lui-même, qui doit être complété par le budget général, Meneimneh a déclaré qu’il devrait représenter une vision intégrée de la forme de l’économie que l’État libanais vise à construire après le processus de redressement financier, et la qualité du secteur que ce plan favorisera, pas seulement un moyen de faire face aux pertes bancaires comme cela se produit aujourd’hui.

Il a ajouté « Nous insisterons sur notre travail au sein du Parlement pour atteindre ce stade, c’est-à-dire pour compléter et élargir le plan de relance financière afin de viser à reconstruire l’économie dans son ensemble, pas seulement à reconstruire le secteur financier ».