SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Mortada : Nous continuons à soutenir les petits agriculteurs

Le ministre de l’Agriculture du gouvernement intérimaire, Abbas Mortada, a souligné que « le ministère de l’Agriculture a lancé deux projets dans l’intérêt de la sécurité alimentaire, le premier est l’extension des terres agricoles, et le second est un projet de coopération avec le monde Banque, dont tous les agriculteurs des différentes régions bénéficieront. Il a souligné que « le ministère continue de soutenir les petits agriculteurs et de préserver leur sécurité alimentaire, ce qui contribue à promouvoir le développement rural ».

Lors d’une réunion de dialogue avec plusieurs agriculteurs, organisée par « l’Association libanaise d’études et de formation » à la salle des fêtes agricole de la plaine de Baalbek, il a appelé à « la formation d’un gouvernement aujourd’hui avant demain, pour éviter l’exacerbation de la crises qui ont affligé le Liban ces derniers temps.

Il a souligné « les efforts du ministère pour sortir de la communication stéréotypée entre lui et les agriculteurs, et l’incapacité à être indulgent dans le dossier de la sécurité alimentaire, il est donc nécessaire de développer une stratégie qui imite la terrible réalité économique, car la crise actuelle est ne peut pas être résolu par un ministère, et cela nécessite la solidarité et des efforts concertés de tous les partis politiques pour immuniser notre nourriture.

Murtada a déclaré: « Il n’est pas permis à un employé du ministère de l’Agriculture de négliger ou de négliger les droits des agriculteurs, car le travailleur agricole est un travailleur au service du pays. »

Il a estimé que « le soutien de l’État était une malédiction sur tous les secteurs ciblés par le soutien en termes de mécanisme et de qualité, et l’on peut comprendre que les commerçants trichent dans les engrais et que tout type de matériaux subventionnés est monopolisé, à l’exception du monopole des préparations pour nourrissons, qui n’est rien d’autre qu’un crime moral, humain et légal. Il a ajouté: « Nous ne permettrons pas à l’agriculteur de se transformer en mendiant de droits ou d’aide. Il est du devoir du ministère de l’Agriculture de communiquer avec les donateurs pour garantir les besoins et les exigences minimums pour que les agriculteurs restent sur leurs terres. »

Il a souligné : « La nécessité pour le Liban de redémarrer l’usine de betteraves sucrières, d’autant plus que cette culture a fait ses preuves et que sa faisabilité économique est devenue rentable, voire urgente, pour réduire la charge d’importation et le coût élevé des matériaux importés.