SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Mouvement de la Confédération générale des travailleurs dans la rue après le Fitr

Le Président de la Confédération générale des travailleurs libanais Béchara Asmar, a fait la déclaration suivante:
La semaine dernière il ya avait un chaos massif dans les prix des produits de base et des denrées alimentaires subventionnés et non soutenus, ce qui nous amène à de nombreuses questions sur ce qui se passe à cet égard? Et ce que font les autorités pour protéger les personnes à faible revenu qui ne sont plus en mesure de répondre aux besoins essentiels d’une alimentation suffisante.

la Confédération générale des travailleurs, à travers sa surveillance et son suivi des prix des matières premières, a enregistré un chaos des prix que l’on a jamais vu à titre d’exemple, le prix d’un kilo de viande يث bœuf oscillait entre 120,80 , 75 000 livres libanaises, ce qui équivaut à 18 pour cent de la valeur du salaire minimum. Les boulangeries se plaignent également de la perte de levure subventionnée, car la BDL n’a pas encore payée pour sa subvention, ce qui conduit à une augmentation du prix d’un paquet de pain.

Les huiles ont des prix très élevés, et aucun citoyen, que ce soit avec des revenus limités ou aisés, ne peut les obtenir.

Les produits de base, les denrées alimentaires, le carburant et les médicaments doivent rester en subvention pour protéger les personnes et leur permettre de vivre dans la dignité, d’autant plus que de grandes quantités de vaches ont été importées, estimées à environ 21000 têtes de vaches réparties dans des exploitations. Et les importateurs en attendant le paiement de la valeur de la subvention, ou la lever de la subvention jusqu’à ce qu’elle soit vendue à des prix fictifs.

De meme pour les moutons qui sont également trafiqués par divers moyens, les médicaments qui sont maintenant manquants et stockés, et des fournitures médicales et leur prix.

la Confédération générale des travailleurs, et face à la dangereuse réalité à laquelle nous sommes parvenus, appelle tous les fonctionnaires des ministères de l’économie, du commerce, de l’agriculture, de l’intérieur, des municipalités et du Premier ministre à voir ce qui se passe aujourd’hui car cela cause des conséquences dangereuses s’il ne prennent pas des mesures dissuasives immédiatement.

De même, la Confédération générale des travailleurs ne restera pas les bras croisés devant ce chaos programmé visant à affamer les gens. Ces questions seront l’intitulé du mouvement de l’Union générale du travail dans la rue après la fête de l’Aïd al-Fitr.