SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 December 2022, Wednesday |

Nawfal Daw appelle, par le biais de « Sawt Beirut International », à une révolution contre l’hégémonie iranienne

Jinane Shuaib
A A A
Imprimer

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a qualifié la réaction de l’Arabie saoudite aux déclarations du ministre de l’Information George Kordahi de « très exagérée et inventée. » Il a également estimé que la réaction des pays du Golfe est incompréhensible, et en plus de cela, il n’a pas dévié l’hégémonie iranienne des crises du Liban, mais l’a dit carrément : « Nous avons le droit à ce que les autres n’ont pas. »

« La réalité libanaise sous l’occupation iranienne et le projet du Hezbollah n’est pas jugée par les paroles de Nasrallah, mais par les actions et les faits sur le terrain », selon ce qu’a déclaré le « coordinateur du Rassemblement pour la souveraineté » Nawfal Daw lors d’un appel avec « Sawt Beirut International », car Daw a vu que « Le jugement de la situation libanaise sur la base des déclarations du secrétaire général du Hezbollah n’est pas utile à ce stade, car la stratégie est la même et la réalité est la même. »

Aussi, Daw a considéré que « c’est de cela que la partie saoudienne s’est plainte », notant que « le problème ne réside pas dans les paroles d’un ministre, mais plutôt dans la politique du Hezbollah et les violations diplomatiques menées par des politiciens qui ont accepté d’être eux-mêmes le visage de cette occupation contre le Royaume en raison de considérations iraniennes dont nous sommes témoins au Liban aujourd’hui. »

Et Daw a souligné que « la position des pays du Golfe n’est pas contre le peuple libanais, mais contre l’hégémonie iranienne et les violations menées par l’Iran, » considérant que « c’est leur droit pour plusieurs raisons, parmi lesquelles le fait que le Liban perd ses relations étroites avec les pays du Golfe, en raison de la dépendance politique et militaire vis-à-vis de l’Iran, alors que les pays du Golfe s’est tenu à nos côtés pendant des décennies sans aucune préférence. »

Concernant le Koweït et sa fermeté en refusant de délivrer toutes sortes de visas aux Libanais, Daw a estimé que « cette réponse est normale. Il n’est pas normal que les autorités koweïtiennes trouvent des cellules terroristes affiliées au Hezbollah, et qu’elles restent silencieuses comme si rien ne s’était passé. »

Daw a conclu en soulignant qu’il ne voit pas de gouvernement au Liban ni d’institutions légitimes avec lesquelles traiter, car il s’agit d’une façade pour l’Iran et son projet, et il s’est adressé au peuple libanais : « Nous devons faire une révolution et un soulèvement contre l’hégémonie iranienne. La souveraineté doit être la première exigence pour construire une nation. »