SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 February 2023, Wednesday |

Nous sommes en danger jusqu’à cette date.. qu’a dit Hassan ?

Le ministre Hamad Hassan a souligné « la nécessité d’adhérer à la prévention, car avant la mi-août environ, nous sommes toujours dans la zone de danger de l’épidémie ».

Les propos d’Hassan sont intervenus lors d’une conférence de presse tenue cet après-midi dans la salle publique Mahmoud Malhas à West Hall – Université américaine de Beyrouth, au cours de laquelle il a annoncé un plan de « vaccination » pour protéger la société.

À son tour, le ministre Muhammad Fahmy a félicité le secteur de la santé et la Croix-Rouge pour leur travail et leurs efforts malgré les conditions difficiles, notant que « la vaccination affecte tous ceux qui vivent sur le territoire libanais ».

Adwan a souligné : « L’importance de l’initiative indique aux citoyens qu’il y a des gens qui se tiennent honnêtement à leurs côtés, et non comme on le dit dans la rue. »

La déclaration américaine

Concernant l’objectif du projet de campagne, l’Université américaine a publié une déclaration, qui a déclaré :

« Au milieu de la bataille du Liban contre le virus Corona, et dans le but d’élaborer un plan de vaccination et de sécuriser le vaccin en dehors de secteurs spécifiques et pour ceux qui en ont le plus besoin, j’ai créé en décembre 2020, sous la direction de l’Université américaine de Beyrouth, un groupe qui comprend quatre centres médicaux universitaires de premier plan au Liban, à savoir le Centre médical universitaire de l’Université américaine de Beyrouth, l’Hôpital Hôtel-Dieu de France, l’Hôpital universitaire Saint Georges (Al-Rum) et le Centre médical de l’Université Libano-Américaine.

L’objectif de ce plan était de sécuriser environ 750 000 vaccins « Pfizer-Biontech », avec l’aide et la supervision du président de la commission de l’administration parlementaire et de la justice, le représentant George Adwan, et le conseiller juridique de l’Université américaine de Beyrouth, Randa Abu. Suleiman, et en pleine coopération avec le ministère libanais de la Santé, le ministre Hamad Hassan, le conseiller du ministre Muhammad Haider et le président du Comité national de vaccination contre le coronavirus.

Alors que l’objectif du projet était de travailler en parallèle et en coopération avec la Campagne nationale de vaccination contre le coronavirus, et après une série de négociations avec le ministère de la Santé, il a été convenu de :

Déterminez le nombre total de vaccins que le groupe contribuera pour fournir 320 000 vaccins.
Comprendre que l’approche du groupe en matière d’opérations de vaccination inclura de nouvelles composantes pour protéger contre le virus les groupes les plus vulnérables, dans le cadre de l’action collective nationale face à la pandémie.

– Fixer l’objectif le plus important de ce projet, conformément à la stratégie nationale, d’aider à vacciner 70 à 80 % de la population du Liban d’ici décembre 2021, d’une manière qui garantisse la réalisation de l’immunité collective.

Le plus important est que la campagne ne démarre pas à partir d’étapes individuelles, car il s’agit d’un projet visant à renforcer la confiance des citoyens dans leur patrie grâce à un travail global et organisé basé sur des normes générales.