SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Parents d’étudiants dans des universités étrangères : l’union face au système du terrorisme financier

L’Association libanaise des parents d’élèves des universités étrangères a tenu une réunion extraordinaire et a publié un communiqué disant qu’«il ya un an et demi depuis le lancement du billet d’un dollar étudiant et sa lutte continue pour libéraliser les transferts bancaires étudiants, Le professeur Salameh promet en général d’engager les banques à appliquer les lois, ces circulaires, que tous les Libanais sont conscients de leur vide de tout contenu pratique pratique appliqué, et d’effectuer une tâche de prolonger la période d’anesthésie vécue par les Libanais en général et tous leurs fonds pour le système financier. »

« Toutes les circulaires émises par M. Salameh concernant la question des étudiants dans les universités étrangères assujetties à la Loi sur la pécuniation et le crédit et à la Loi de 193 sur le dollar étudiant n’ont pas été mises en œuvre », a-t-elle déclaré. Le sommet de la créativité dans l’opinion publique trompeuse a été la publication du professeur Salama une de ses fameuses circulaires le 16 novembre 2020, Coïncidant avec une conférence de presse conjointe tenue au ministère de l’Éducation et retransmise en direct à l’antenne, au cours de laquelle le ministre de l’Éducation de l’époque, M. Tarek Al-Majzoub, et le secrétaire général de l’Association libanaise des parents d’élèves dans les universités étrangères, le Dr Rabie King, ont expliqué la violation continue des lois du dollar étudiant, de l’argent et du crédit et n’appliquent pas toutes les lois relatives aux droits des étudiants et de leurs parents et aux droits des déposants par le système financier politique au pouvoir au nom du fait accompli, le professeur Salama Un communiqué publié par la Banque du Liban « oblige » les banques à transférer immédiatement les virements bancaires aux étudiants, et comme d’habitude, la « déclaration » a expiré à la fin de la conférence de presse.

L’association a noté qu’elle « a appris de sources bancaires que le « projet de repos technique » n’oblige rien des banques et qu’à travers ses expériences avec les « circulaires », le professeur Salama et l’Association des banques et l’Union des caissiers mettent de nouveau en garde les Libanais contre l’injection d’anesthésie pratiquée par le système financier pour échapper à l’avenir et échapper à la responsabilité qui lui incombe, en appauvrissant les Libanais et en volant leur argent et en détruisant l’avenir de leurs enfants, et considère que l’«ingénierie » du projet « reste » libanais, qui a été récemment annoncé et sera mis en œuvre en Juin, n’est qu’une partie de « La politique de désinformation, de désinformation et d’aveuglement appelle pour la 1000e fois toutes les personnes touchées par les politiques budgétaires à s’unir face à un système de terrorisme financier et d’intimidation politique et économique. »

    la source :
  • NNA