SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

« Propagande » après la visite de Bkerke…Y a-t-il un compromis avec le parti?

Après la visite du chef du conseil politique du Hezbollah à la tête d’une délégation hier au Patriarcat maronite, la propagande revient au marketing qu’un règlement est en préparation, et elle renverse les différences entre Sayed Bkerki et l’axe représenté par le Hezbollah et ses alliés, comme s’il y avait ceux qui veulent tromper l’opinion publique libanaise, arabe et internationale que le contournement et la limitation des positions nationales fixes du patriarche cardinal Mar Bechara Boutros al-Rahi sont contenus.

Dans ce contexte, des sources familières avec la dynamique des positions du patriarche Al-Rai indiquent à « Al-Markazia» qu’« il n’y a pas de renonciation à l’initiative de neutralité active et à l’appel à l’internationalisation de la cause libanaise, et ce sont deux questions stratégiquement structurelles sur la voie de sauver le Liban des griffes des forces qui sautent sur son identité et son test historique, et donc contourner la dimension protocolaire limitée de la visite de la délégation du Hezbollah n’est rien d’autre qu’un vœu pieux ».

Alors pourquoi, malgré la différence stratégique, la délégation du Hezbollah a-t-elle été reçue ? Les sources disent : « Le Patriarcat maronite ne ferme ses portes à aucun parti actif, mais cela ne signifie pas qu’il y a une tournure dans ce que fait tel ou tel parti en termes d’attaque de la constitution libanaise, de la démocratie, de restreindre les armes aux seules mains des seules forces militaires et de sécurité légitimes, de plonger le Liban dans des conflits et des axes qui n’ont rien à voir avec lui, de l’isoler de la légitimité arabe et internationale, et de son implication dans la propagation de la corruption, en particulier la violation des installations terrestres, maritimes et aériennes, et d’entraver l’enquête sur le crime de bombardement du port de Beyrouth. Le dialogue est le bienvenu, mais à l’intérieur des constantes nationales, et Bkerki est chargé de ces constantes, et ne joue pas de rôle politique.

En ce qui concerne l’internationalisation de la question libanaise, des sources familières avec la dynamique des positions du patriarche al-Rahi affirment que « cette voie a suivi son chemin à plus d’un niveau, et elle fait l’objet d’un dialogue même avec la diaspora libanaise dans toutes les capitales de la décision, et son objectif est d’atteindre un équilibre minimum dans l’équilibre déséquilibré du pouvoir avec un lien négatif dans la dynamique de confrontation entre les pouvoirs souverains et l’axe de résistance, et donc l’objectif est de servir le peuple libanais, même ceux qui ont perdu le droit chemin ».

Alors que les mêmes sources considèrent qu’il est plus utile pour ceux qui « appellent au dialogue pour mettre en œuvre la constitution », elles appellent à « tenir compte de l’histoire. Le Liban est trop grand pour obéir, avaler ou exploiter des agendas non libanais, et quiconque ressent l’excès de pouvoir se rendra compte que cet excédent est temporaire, et le Liban, la cause civilisée, gagnera.

    la source :
  • Almarkazia