SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Qu’a dit la sécurité de l’État à propos du bombardement du port?

La Direction générale de la sécurité de l’État – Département de l’information, de l’orientation et des relations publiques, a publié la déclaration suivante:

 » Le 16/12/2021, lors d’un entretien avec Riad Tawk sur l’un des réseaux sociaux, il a évoqué plus d’une fois la Direction générale de la sûreté de l’Etat, l’accusant de ce qu’il lui souhaite.

Se fonder sur une erreur typographique dans un de ses registres pour corriger son littéralisme, et jouer sur les cordes des familles des victimes, dans le cas du port de Beyrouth qui étaient présentes.

Par conséquent, il est important que nous leur précisions seulement, et qu’ils sont les propriétaires de la blessure qui ne guérit pas, à moins que la justice inévitablement suivante ne soit rendue, que cette direction est attachée à l’engagement qu’elle a fait pour eux de fournir toutes les informations dont il dispose, étayées par des preuves et des documents.

Le tout devant la justice compétente, dans laquelle le général de division Saliba a comparu devant lui en tant que témoin à deux reprises, la première fois devant le procureur général adjoint près la Cour de cassation, la deuxième fois devant l’enquêteur judiciaire, et la troisième fois en tant que procureur défendeur également devant l’enquêteur judiciaire.

Il a insisté pour témoigner, sans la présence d’un avocat malgré son droit de retarder sa présence, qui est le pouvoir judiciaire lui-même, qui a libéré le major Joseph Al-Naddaf après que son innocence a été prouvée et qu’il avait rempli l’intégralité de ses fonctions, ce que Riad Tawk a insisté pour nier, devant le peuple, devant les familles des victimes, et devant la même justice qui connaît La vérité pour laquelle nous nous battons tous.  »

Et elle a conclu: « La Direction générale de la sécurité de l’État se réserve le droit de contrôler la justice en cas de diffusion de nouvelles et d’informations inexactes la concernant.  »