SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 October 2021, Monday |

Qu’a dit l’Archevêque Aoudé dans le sermon d’aujourd’hui ?

Le métropolite de Beyrouth et ses dépendances, l’archevêque Elias Odeh, a déclaré à la messe dominicale grecque orthodoxe à la cathédrale Saint-Georges de Beyrouth : « Ce serait bien si nos dirigeants et politiciens agissaient de manière responsable envers ce pays et son peuple.

Il a ajouté: « J’aurais aimé qu’ils respectent le » sang versé au fil des générations « pour une véritable indépendance. »

Il a poursuivi: « J’aurais aimé qu’ils aient suivi l’approche institutionnelle qui garantit la bonne conduite du travail, son intégrité et son indépendance. »

Il a déclaré: « Au Liban, les fonctionnaires n’ont aucun caractère sacré pour la constitution avant leurs intérêts, et aucune loi n’est appliquée sauf avec ce qui est d’accord avec eux, et aucune immunité n’est perdue dans l’intérêt public, mais ils sont au-dessus de la loi et responsabilité. »

Il a poursuivi: « Ils travaillent à démolir les institutions, avec leur comportement imprudent, ils lancent des slogans, mais ils ne font rien pour les mettre en œuvre, ils se critiquent, et ils se classent comme religieux, et en fait, leurs actions exposent leur intentions, et les citoyens en paient le prix. »

Et il a poursuivi: « C’est le devoir de l’église de prier pour les fonctionnaires du pays, afin qu’ils puissent faire de bonnes œuvres, et ainsi atteindre le royaume céleste. »

Il a ajouté: « Chaque fonctionnaire doit également travailler pour le bien commun. »

Il a poursuivi: « Malheureusement pour nous, le Liban est devenu un cimetière pour ses fils restants qui meurent mille fois par jour. »

Il a raconté: « Qu’il s’agisse de chercher les médicaments manquants, d’acheter de la nourriture à des prix fous, de rester debout pendant des heures pour des gouttes de carburant, de vivre dans « l’obscurité » et de ne pas dormir à cause du temps chaud. »

Et il a ajouté: « Nous avons entendu dans le message d’aujourd’hui que chaque fonctionnaire devrait suivre ses conseils.  »

Odeh a conclu: « Surmonter les émotions personnelles négatives ne fonctionne pas et ne construit pas un pays.

Il a poursuivi: « Chacun, sans exception, est tenu d’abandonner l’entêtement, d’adopter le dialogue et une communication constructive positive, et de faire des sacrifices. »

Il a ajouté: « Les gens ont faim, les enfants sont sans lait, les malades sont sans médicaments, l’obscurité est profonde, la chaleur est torride, la lire est à son plus bas niveau et le pays va en enfer ».

Enfin, il a demandé: « Qu’est-ce que cette « altération enfantine » du sort du pays ? Ne connais-tu pas la miséricorde?. »