SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 September 2021, Saturday |

Qu’a dit le gouverneur Abboud ?

Le département des relations publiques de la municipalité de Beyrouth a indiqué qu’une déclaration avait été publiée par le gouverneur de Beyrouth, le juge Marwan Abboud, concernant le suivi des questions d’ingénierie liées à la sécurité publique par les services compétents de la municipalité de Beyrouth, en particulier les suivantes:

1- Le cas de l’immeuble immobilier 414 – Zkak al-Blat, qui contient des dizaines de logements risquant de s’effondrer en raison de défauts structurels de l’immeuble, exacerbés par l’explosion du port de Beyrouth, qui peut exposer des dizaines des familles au danger ou à l’itinérance. Ce qui précède et a commencé la mise en œuvre dans l’intérêt de la sécurité publique et les intérêts des occupants du bâtiment

2- Le cas de l’immeuble Al-Jamil situé dans le quartier de Mar Mikhael, qui a été gravement endommagé structurellement en raison de l’explosion, et il y avait des martyrs, qui a été exclu des travaux de restauration et de consolidation menés par les différentes associations en raison de la difficultés structurelles résultant de la gravité et de l’ampleur des dommages. Il a été convenu de commencer à réparer les dommages structurels graves de la catégorie C, à condition que cela soit suivi de la réparation des dommages moyens et légers des catégories A et B, ce qui contribuera à rapatrier des dizaines de familles déplacées dans leurs foyers.

3- La question du mur de soutènement situé dans la propriété 1011 – Al-Ramil, qui est un mur qui contient des dizaines d’immeubles d’habitation, dont l’effondrement met en danger des dizaines de familles vivant dans ces immeubles.

Les services d’ingénierie de la municipalité ont suivi cette question dès le premier instant, de sorte que les études techniques nécessaires à sa reconstruction ont été préparées et plusieurs invitations ont été envoyées aux entrepreneurs pour participer à l’attribution, mais en raison de l’instabilité du taux de change du Livre libanaise, les entrepreneurs se sont abstenus de participer, ce qui a empêché la mise en œuvre de ces procédures et a incité l’administration municipale à tenter de contracter exceptionnellement avec l’un des entrepreneurs.

Le conseil municipal, dans sa séance du 15 juillet 2021, a donné son accord, mais la dévaluation continue de la livre libanaise a conduit à rendre le prix convenu disproportionné par rapport au coût réel.

A ce sujet, des discussions ont eu lieu avec les bailleurs de fonds pour financer ce projet sans parvenir à aucun résultat à ce jour, notant que la municipalité de Beyrouth n’a pas et ne ménagera aucun effort et prendra les moyens légaux disponibles pour démarrer les travaux de construction du mur dès que possible.