SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Que se passe-t-il entre les propriétaires de générateurs et les abonnés?

Annahar

Les 10 ampères valent 3 millions de livres libanaises. Le pire, c’est que certains propriétaires de générateurs ont annoncé qu’ils seraient payés le mois prochain en dollars frais et non en livres libanaises.

Cette amère réalité a engendré des problèmes entre les percepteurs et les familles, et tout le monde attend une solution objective appropriée entre les deux parties.

Les municipalités de certaines régions du nord, qui exploitent les générateurs par abonnement, évaluent le kilowatt à 3 000 livres libanaises.

Les expatriés et les ONG, dans de nombreux villages, ont pris en charge les dépenses au nom des parents, qui sont aujourd’hui surchargés de retour à l’école, ce qui les a un peu aidés à réduire les dépenses.

Les municipalités, y compris, mais sans s’y limiter, la municipalité de Zgharta-Ehden, qui a continué à fournir du diesel subventionné aux propriétaires de générateurs jusqu’au dernier litre, ont condamné le comportement et les prix des propriétaires de générateurs et ont publié une déclaration indiquant :

« La municipalité de Zgharta-Ehden a été surprise par l’émission du prix d’abonnement pour les générateurs électriques (4 500 kw par kilowatt) sans tenir compte de l’accord initial et affectueux que nous avons conclu de ne pas l’émettre avant d’en discuter avec eux, ainsi que non conforme à la tarification de l’État.

La municipalité de Zgharta-Ehden, qui a soutenu les propriétaires de générateurs dans cette circonstance.

Et il s’est efforcé d’obtenir des quantités limitées de diesel pour atténuer la gravité de la crise.

Elle est maintenant surprise par ce qu’elle a reçu concernant les factures émises par les propriétaires de générateurs, peu de temps après que le ministère de l’Énergie a annoncé que le juste prix des tarifs des générateurs électriques privés pour le mois de septembre est de 3 768 livres syriennes pour chaque kilowattheure.

La municipalité, qui suit ce dossier épineux, est consciente des facteurs et des évolutions depuis l’entrée du diesel iranien jusqu’à l’évolution du taux de change du dollar américain.

Cependant, se précipiter pour émettre des factures un quart d’heure après l’émission du tarif officiel ne résout pas les problèmes, mais les complique plutôt.

Devant tout ce que nous avons examiné, nous confirmons notre demande des propriétaires de générateurs de Zgharta et d’Ehden d’adopter la tarification du ministère de l’Énergie et d’annuler toute autre facture.

Depuis Batroun, le chercheur Nabil Youssef a relevé plusieurs points, à savoir:

1 – Il est reconnu que la situation de vie est catastrophique et que l’électricité de l’État est presque épuisée, et que seuls les générateurs sont utilisés.

2 – Le ministère de l’Énergie a fixé le prix du kilowatt pour le mois de septembre : certains propriétaires de générateurs ont décidé de s’en tenir au prix officiel, tandis que d’autres ont refusé, le jugeant injuste à leur égard.

3- Tout le monde est opprimé de nos jours : les familles et les propriétaires de groupes électrogènes.

4 – L’Union des communes de Batroun a constitué un comité d’urgence, étant donné qu’il n’y a pas de communes dans plus de la moitié des villages et villes de la région.

5- Le comité a heureusement fourni du diesel subventionné pour les générateurs de la région en coopération avec la directrice générale du ministère de l’Énergie, Mme Aurour Feghali.

6 – Ce qui est demandé au comité aujourd’hui et dans les heures (avant lundi) c’est d’étudier le coût du kilowatt avec des spécialistes et de rendre une décision.

Soit en fixant le prix officiel, soit en fixant un prix unifié dans le pays de Batroun, auquel tous les propriétaires de générateurs sont liés, sous peine de responsabilité.

7- Nous attirons l’attention de la commission sur le fait que certains producteurs utilisent encore des numériseurs et n’ont pas installé de compteurs, et le Ministère de l’Energie n’a pas tarifé le forfait mensuel des diaganteurs : il est également nécessaire d’étudier le coût du forfait mensuel -somme des carafes, car il n’y a pas de compteurs.

8 – La situation est difficile et les jours sont très difficiles.Que Dieu aide les gens et ceux qui portent la responsabilité d’aider leurs familles.

A Tripoli, où la catastrophe est de plus en plus grave, l’abonnement du 3 ampères a été annulé par les habitants en raison de leur incapacité à payer, et la ville est devenue nuit.

Surtout à Abi Samra, al-Tabbaneh, al-Qubba, al-Malloula et al-Jawwar, dans l’obscurité totale, pas de réfrigérateurs, pas de climatiseurs, pas de lumières.