SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2021, Sunday |

Quels sont les dommages qui seront causés aux Libanais résidant dans le Golfe à la suite de la récente crise?

Le chef de l’Autorité de développement des relations économiques libano-golfe, Elie Rizk, a indiqué, interrogé sur le danger posé aux travailleurs libanais, en Arabie saoudite en particulier et dans les pays du Golfe en général, en raison des positions du ministre de l’Information Georges Kordahi , que « ce grand danger repose sur l’avenir des Libanais qui émigrent ».

Cependant, il a souligné dans des déclarations à Almarkazia que « le Royaume n’a pas et ne prendra pas de décision d’expulser les Libanais qui y travaillent, mais si le peuple saoudien décide de boycotter les Libanais et de l’expulser de son travail sur le sol saoudien, ici le problème est différent.  »

Il a expliqué que « cette affaire constitue un grand danger pour l’avenir du peuple libanais là-bas ».

Dans ce contexte, a-t-il dit, la position du ministre Kordahi a eu des effets négatifs importants sur les relations du Liban avec le Royaume d’Arabie saoudite, qui sont déjà tendues et ont connu un déclin notable ces dernières années, en raison des positions hostiles affichées par certains forces représentées dans les gouvernements successifs.

D’autant plus que le Liban a récemment été accusé d’être un vecteur de trafic de drogue vers le marché saoudien, et ainsi la position du ministre de l’Information a coïncidé avec le stade de détérioration des relations entre les deux pays…

Au lieu d’avoir une politique claire pour rétablir les relations ensemble, la position du ministre Kordahi est venue aggraver les choses, tandis que le peuple saoudien est devenu convaincu que le gouvernement libanais est hostile au Royaume malgré toutes ses initiatives bienveillantes envers le Liban et sa position à ses côtés dans le la plupart de l’adversité.

Il a souligné la « surprenante campagne populaire saoudienne qui a dominé les médias sociaux et le lancement du hashtag », la campagne populaire de boycott du Liban.  »

Rizk a conclu en disant: Ce qui est requis aujourd’hui, c’est la démission du ministre Kordahi, car il n’est pas permis de libérer ces positions.

    la source :
  • Almarkazia