SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Qui est Amal Abou Zeid, dont le nom est mentionné dans les documents « Pandora » ?

Amal Abou Zeid, l’une des personnes corrompues nommées dans les documents « Pandora ».

Il est conseiller du président Michel Aoun pour les affaires russes et ancien membre du Parlement libanais.

Né dans le village de Malikh, il a terminé ses études à la Good Shepherd School, puis a déménagé au Royaume-Uni pour poursuivre ses études universitaires, où il a obtenu une maîtrise de la London Business School.

Puis il a créé sa première société d’investissement en 1980 à Londres sous le nom de « ADICO Investment Corporation », et en 2000, il a développé les activités de sa société et ouvert une succursale de la société à Moscou.

En 2001, Amal Abu Zeid a cofondé la Chambre de commerce américano-libanaise et en est devenu membre, et l’année suivante, il est devenu membre de la Chambre de commerce internationale-Liban.

En 2009, Abou Zeid a été nommé membre de la « Fondation libanaise maronite pour les émigrés ».

L’année suivante, il est élu à la tête du Comité maronite des affaires rurales de la Ligue maronite.

En 2011, il est nommé membre du Conseil du Fonds social maronite.

Trois ans plus tard, l’ancien ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a nommé Amal Abu Zeid conseiller pour les affaires libano-russes au sein du ministère.

En 2015, Abou Zeid a été nommé au conseil d’administration de la chaîne de télévision OTV.

Selon le site Daraj, Abou Zeid s’est empressé de préparer les récentes visites de la société russe au Liban, qui ont mis en avant d’énormes projets tels que la reconstruction du port de Beyrouth, la modernisation du port de Tripoli, la construction de centrales électriques. et la remise en état des raffineries de pétrole à Zahrani et à Tripoli.

Parallèlement à ces visites, des articles de presse à Beyrouth ont révélé que cette société nouvellement créée n’est rien d’autre qu’une façade pour les hommes d’affaires russes impliqués dans des accords avec le régime Assad en Syrie.

Le site a souligné les intersections d’intérêts représentés par Abu Zeid entre les entreprises russes, le mouvement aouniste et le régime syrien, et son long travail dans le domaine des paiements et des transferts d’argent.

Abu Zaid est associé au co-fondateur et directeur d’Agon Holding S.A. Lequel. ».

Il s’agit d’une société immatriculée dans la partie vierge le 1er juin 2007, et dissoute selon un procès-verbal signé par les trois administrateurs, en date du 27 février 2009.

En d’autres termes, la société n’a fonctionné qu’après sa constitution pendant une période d’un an et huit mois seulement, alors que durant cette période il n’y a eu aucun changement dans les parts des associés et dirigeants.

Dans le procès-verbal de la société, il est constaté que son capital s’élevait à quatre millions de dollars américains, divisé en un million d’actions, tandis que la valeur de chaque action est de quatre dollars, car Amal Abu Zaid possédait 539 980 actions.

Et Abu Zeid est l’un des alliés du régime syrien.

Par le passé, il a été impliqué dans des partenariats stratégiques avec des hommes d’affaires affiliés au régime syrien, notamment dans le domaine des paiements et des transferts d’argent.

Quatre mois après le déclenchement de la révolution syrienne avec Muhammad Afandar et Tawfiq Moawad, il a créé une société financière à Beyrouth sous le nom de M-Payments Venture Holding SAL.

Ce qui indique clairement son lien avec le domaine du transfert d’argent, des systèmes de paiement et parle de la création de sociétés holding.

Désigne un type de société qui est spécifiquement utilisé pour acquérir d’autres sociétés, opérant sous des noms différents.

Cela facilite par la suite la dissimulation des titulaires de droits économiques de toute activité d’investissement par le biais d’un réseau de sociétés écrans.