SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 13 August 2022, Saturday |

Quoi de neuf dans le fonctionnement des bus communs ?

Le ministre des Travaux publics et des Transports du gouvernement intérimaire, Ali Hamieh, a annoncé que « les cahiers des conditions sont achevés pour lancer les appels d’offres publics pour la gestion des bus appartenant aux transports en commun ».

Il a révélé: « Nous sommes arrivés à des stades avancés et nous sommes surpris que la Banque mondiale a décidé d’annuler le financement de ce projet de base, mais nous avions une autre voie en faisant appel à un don de bus du gouvernement français, qui a envoyé 50 autobus comme acompte, en plus du fait que l’État libanais possédait 45 autobus que nous entretenions, et donc, en sept mois, l’État a eu 95 autobus. »

Sur la manière de faire fonctionner les bus conformément à la loi, il a indiqué que « lors de la dernière session du cabinet du 20/5/2022, nous avions deux options: la première consiste à embaucher des chauffeurs et des coupeurs de billets, car la plupart des employés des chemins de fer et le département des transports en commun ont dépassé l’âge légal, tandis que la deuxième option est la participation du secteur privé à la fourniture de main-d’œuvre.

Il a affirmé: « J’ai refusé d’embaucher, nous avons donc dû prendre l’approbation du Conseil des ministres pour l’autorisation de la route de fer et de transport public , afin de préparer un cahier des charges pour les travailleurs à la demande. Lorsque la décision a été rendue, le département, sous la supervision du directeur général, a commencé à préparer le cahier des conditions, et nous avons terminé la préparation du dossier et du cahier des conditions la semaine dernière. »

Il a déclaré: « Jeudi prochain, 21/07/2022, il sera publié au Journal officiel pour lancer un appel d’offres public, pour toutes les entreprises de transport qui souhaitent fournir des chauffeurs, qui est la première étape qui se déroule dans le transport collectif en tant que véritable pas en avant pour activer et renforcer le rôle du partenariat entre les secteurs public et privé. »

Il a souligné que « les 95 bus appartenant au secteur public ne signifient pas du tout que nous négligeons les transports appartenant au secteur privé. Au contraire, c’est un pilier essentiel du transport au Liban ».