SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 10 August 2022, Wednesday |

Sadek à Sawt Beirut International: Nous voulons un président qui pourrait sortir le Liban de l’enfer

Omaima Shams El Din

Dans une interview accordée à Sawt Beirut International, la députée Waddah Sadiq a précisé que les commissions de la Chambre des représentants sont en session permanente, notant que le gouvernement a retiré le plan de relance, ce qui entraînera un retard dans la soumission des lois au Parlement.

Il a souligné qu’il y a des lois devant le Conseil, telles que la loi sur les énergies renouvelables, qui peuvent être décidées avant qu’il ne devienne un organe électoral le premier septembre.
Sadiq a exigé que le Parlement se transforme en cellule d’urgence et soit en session permanente avec le pouvoir exécutif et le ministère de l’Énergie pour discuter de la question de l’énergie, considérant que la question de l’énergie résout la moitié des problèmes du Liban. Si l’électricité est sécurisée, les problèmes de les Libanais, l’industrie et l’économie sont résolus.

Il a souligné que l’énergie a besoin d’une décision politique, qui n’existe pas et est contrôlée par des mafias de générateurs et de diesel.

Comme Sadiq a souligné l’importance d’approuver les lois, il a souligné la nécessité d’un plan économique complet qui augmenterait les revenus de l’État en relançant l’économie, considérant que la question de l’unification du taux de change est un problème majeur en plus de la question de la restructuration des banques et du capital. contrôler.
Il a souligné que les députés du changement ont une vision unifiée sur les principaux problèmes, bien que les opinions et les points de vue sur les problèmes diffèrent, mais ces questions sont discutées lors des réunions.

Sadiq a exclu de ne pas tenir les élections présidentielles à temps, soulignant la nécessité d’un président pour compenser la période précédente, car la décision présidentielle était quelque part sous la pression d’un parti militaire libanais, soulignant que la communauté internationale et libanaise est intéressée par la élections présidentielles.

Et lorsqu’il a précisé que les représentants du changement n’avaient pas encore de nom précis pour la présidence, il a déclaré : « Nous examinons le programme. Nous voulons un président qui corresponde aux plans et aux objectifs que nous voulons, et un président qui est définitivement libéré de toute pression interne ou externe et qui dirige correctement le pays et fait sortir le Liban de l’enfer dans lequel nous a fait plonger le président Michel Aoun ».