SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Salam: Nous visons à ouvrir le marché à tous ceux qui souhaitent entrer sur le marché libanais

Le ministre de l’Economie Amin Salam a souligné que la question des agences exclusives était au centre des sessions du Parlement et qu’il a demandé l’abolition de la protection de l’Etat pour ces agences exclusives.

Les mots de Salam sont venus dans une interview sur Al-Jadeed TV, car il considérait que l’économie ne sera pas stable à moins que les marchés ne soient ouverts, et que « nous n’avions pas une économie libre, mais plutôt nous avions une économie contrôlée par certains commerçants avec leurs agences exclusives ».

Soulignant que le but n’est pas d’abolir ces commerçants, mais tout ce que nous cherchons, c’est d’ouvrir les portes aux petites et moyennes entreprises pour entrer dans la concurrence.

Dans le même contexte, Salam a souligné que la loi sur la concurrence conduira à l’abolition du monopole sur le secteur public et pas seulement sur le secteur privé, car elle ouvrira la voie aux entreprises privées pour entrer dans les secteurs de l’eau, de l’électricité et des compagnies aériennes.

Il a déclaré:« Nous ouvrons les marchés à tous ceux qui souhaitent entrer sur le marché libanais à partir du secteur privé, et nous voulons envoyer un message à la communauté internationale que nous suivrons la voie de la réforme ».

Quant aux 3000 agences exclusives non enregistrées, il a indiqué que ces agences avaient été radiées pour ne pas avoir rempli certaines des conditions requises ou pour ne pas avoir renouvelé les contrats avec des sociétés étrangères.

En ce qui concerne le quatrième point de l’article cinq, qui est considéré comme une protection essentielle pour les agences exclusives et l’adoption de la loi avec la présence de cet article, Salam a affirmé qu’il exigeait la suppression de ce paragraphe.

Il a déclaré:« J’ai expliqué au Parlement la position du ministère de l’Économie, et cet article crée une sorte d’ouverture de la porte permettant aux propriétaires d’agences de recourir à la justice et d’intenter des poursuites, ce qui perturbe l’essence du droit de la concurrence en ouvrant les portes aux nouvelles entreprises ».