SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 May 2022, Wednesday |

Sami Al Gemayel : Nasrallah prend les Libanais en otage et la seule solution est une pression internationale sur Iran

Le chef du parti Kataeb, le député démissionnaire, Sami Gemayel, a estimé que « nous sommes surpris par les propos du secrétaire général de Hezbollah, Hassan Nasrallah, sachant qu’il contrôle l’État, et ce qui est étrange c’est qu’il se trouve en un état de confrontation avec l’Etat, et il possède la majorité.

Il a souligné dans une intervention télévisée, que « l’alliance des milices et la mafia, sont responsables de ce que le pays a atteint, et ils empêchent l’établissement de la l’État et de donner la décision au peuple a trvers des élections anticipées. »

Il a poursuivi : «Le cœur du Libanais n’est pas contre le Liban, mais plutôt contre ses positions, et cela est seulement pour garder le Liban en otage entre les mains de l’Iran et de Hezbollah, qui contrôle le pays. »

dans le meme contexte, il a indiqué que « la propagande de l’autorité veut désespérer le peuple et le convaincre que le changement n’est pas possible, et cela fait partie de la stratégie d’assassinat moral du peuple, et ca c’est faux. » font confiance ?

Gemayel a ajouté : « Il n’y a pas de loi électorale qui puisse faire obstacle à un peuple qui veut le changement et nous voulons une supervision internationale des élections car ils peuvent falsifier les résultats. »

Il a souligné que « les élections sont nécessaires en temps de crise, et en Israël, ils n’ont pas pu former un gouvernement, alors ils ont eu recours aux élections, et cela s’applique à tous les pays du monde, et les gens devraient être juge, surtout pendant que nous attendons sans pouvoir former un gouvernement, et si nous avions décidé des élections il y a 11 mois, elles auraient eu lieu.

Gemayel a estimé qu’« au Liban il n’y a qu’un seul rapporteur, qui est Hezbollah, et s’il voulait former un gouvernement, il l’aurait été, mais il est plongé dans les négociations de Vienne et a d’autres comptes et considère le Liban comme une carte dans son main, et son parti a choisi le Premier ministre désigné Saad Hariri et le président de la République, Michel Aoun.. Il a la majorité et toutes les cartes sont dans ses mains.

Il a souligné que « le Liban est un otage entre les mains du Hezbollah, qui s’accroche au pouvoir, et la seule solution est une pression internationale sur l’Iran pour arrêter le soutien politique et financier de Hezbollah. »