SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Sawt Beirut International : 19 personnes arrêtées dans le cadre des événements de Tayouneh, et des dizaines sous le coup de poursuites judiciaires

Les enquêtes judiciaires et sécuritaires sur les événements de Tayouneh ont connu des développements importants, en termes d’élargissement de l’arrestations, et de révélation des identités des personnes impliquées dans la confrontation militaire, alors que le nombre de détenus s’élevait à 19, pour lesquels des informations fermes et fiables étaient disponibles quant à leur implication dans la fusillade et l’affrontement armé, qui a fait sept morts et des dizaines de blessés.

Une source judiciaire de premier plan a révélé à la « Sawt Beirut International » que les services de renseignement de l’armée « ont pu arrêter jusqu’à présent 19 personnes des deux côtés de l’affrontement, et que les services de sécurité s’efforcent de retrouver et de poursuivre des dizaines de personnes dont les photos sont apparues sur le site de la bataille et dans les rues intérieures, et dont les noms sont maintenant connus », notant que ces personnes « n’ont pas seulement participé à la bataille, mais ont également amené des jeunes hommes dans la région pour participer à la confrontation. »

Cet incident, de dimensions graves, a attiré l’attention des références judiciaires et sécuritaires. Aujourd’hui, le commissaire du gouvernement par intérim auprès du tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, qui supervise les enquêtes préliminaires, en coordination avec le procureur général près la Cour de cassation, le juge Ghassan Oweidat, a écrit des représentations judiciaires à l’Agence de sûreté de l’État et de sûreté générale et à la division de l’information des forces de sécurité intérieure, dans lesquelles il les a chargés de mener des enquêtes et des investigations et de recueillir des informations sur ce qui s’est passé, et a également ordonné une enquête exhaustive de toutes les caméras de surveillance dans la région, afin de déterminer l’identité de tous les hommes armés des deux côtés.

Parallèlement aux enquêtes en cours et au travail sur le terrain pour contenir les répercussions de ce qui s’est passé, la source judiciaire a souligné que « les enquêtes et les investigations s’emploient actuellement à vérifier la réalité de l’apparition d’armes lourdes et des parades militaires qui ont circulé sur les médias sociaux, et à déterminer si elles ont eu lieu hier ou s’il s’agit de vieilles photos, afin de prendre les mesures nécessaires dans le cas de sa validité ».

De même, la source judiciaire a expliqué que l’enquête « se concentre également sur un point fondamental et important, qui est d’établir définitivement si les manifestants ont fait l’objet d’une embuscade armée et ont été abattus par des tireurs d’élite, alors qu’ils traversaient la rue Sami El Solh en direction du Palais de Justice, ou si un problème est survenu et a conduit à un échange de tirs, En conséquence, la confrontation militaire s’est élargie avec des armes dans lesquelles des mitrailleuses légères et moyennes et des grenades propulsées par fusée ont été utilisées ». La source a parlé de « la confirmation du fait qu’il y avait un certain nombre de tireurs d’élite sur les toits de certains bâtiments du côté de Ain al-Remmaneh, ce qui a conduit à des blessures directes à la tête de certaines victimes et blessés, ainsi que l’utilisation de L’autre côté a une puissance de feu intense en réponse aux tireurs de la zone de Ain al-Remmaneh. »

    la source :
  • Sawt Beirut International