SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Secrets et informations exclusives au sujet du gouvernement

Des sources spéciales ont révélé à Sawt Beirut International que les ministres que le président Mikati a remplacé dans sa nouvelle formation gouvernementale sont le ministre de l’Énergie et de l’Eau Walid Fayyad en raison d’un conflit entre eux et le ministre du Commerce et de l’Economie Amin Salam pour plusieurs considérations.

Le journaliste Youssef Diab a indiqué qu’après les consultations parlementaires non contraignantes pour former le nouveau gouvernement, Mikati a reçu la réponse positive des blocs et des partis pour accélérer la formation du gouvernement, il a donc rapidement formé son gouvernement. Diab a vu que Mikati a mis la boule de feu entre les mains du président de la République et a exigé qu’il l’étudie

Dans une interview exclusive accordée à Sawt Beirut International, Diab a estimé que le Mouvement patriotique libre et Gebran Bassil veulent le ministère de l’Environnement en plus du ministère de l’Énergie, des Affaires sociales et des Affaires étrangères, de sorte que le ministère de l’Environnement deviendra l’un des principaux ministères et se rapprochera des ministères souverains.

Diab a estimé que des obstacles commenceront à partir d’aujourd’hui sur la question du gouvernement, car le président Aoun demandera au Premier ministre Mikati de reconsidérer cette formation, et il lui demandera une formation différente car Aoun veut former un gouvernement politique, tandis que Mikati vise à former un gouvernement indépendant.

Diab a révélé dans son interview exclusive à notre site que le ministre des Finances avait également été changé, car ce portefeuille restait pour la secte chiite, en plus du remplacement du ministre des Déplacés, qui était proche de Talal Arslan. Il a estimé qu’en raison des conditions fixées par Gebran Bassil, il ne semble pas qu’il y aura un gouvernement avant la fin du mandat du président Aoun.

Diab a annoncé qu’il y aura un nouveau président de la république avec un large consensus interne et une bénédiction régionale et internationale.

Il a souligné que l’Iran et le Hezbollah ont de l’influence dans l’élection du président de la république, mais ce ne sont pas eux qui décident qui sera le président, soulignant que le nom du commandant de l’armée, Joseph Aoun, devance d’autres noms pour la position de la présidence.

Diab a conclu que toutes les institutions de l’État sont dans un état très difficile, et le pouvoir judiciaire est l’une de ces institutions.

    la source :
  • Sawt Beirut International