SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 22 May 2022, Sunday |

Sources diplomatiques à »Sawt Beirut International »: « Il y a 4 conditions pour le changement… sinon »

L’autorité libanaise, prend des mesures dans la phase actuelle, qui nous sépare des élections législatives. Ce sont des mesures économiques qui ne sont pas des solutions definives,en période d’effondrement.Avec la baisse des chances de former un gouvernement, l’attention est dirigée vers les élections. Mais est-ce d’ici à ce que les elections seront faites , si elles seront faites,comment les libanais pourront-ils résister, et quelle sera la situation du Liban jusqu’à cette fin?

Des sources diplomatiques confirment à « Sawt Beirut International » qu’il y a de nombreuses étapes d’ici les élections législatives de mai prochain.Notamment : la rencontre qui réunira le Pape et les chefs spirituels libanais au Vatican le 1er juillet, moins d’un mois plus tard.Et il y a une conférence de soutien à l’armée libanaise, à laquelle la France invitera.Ensuite, il y a les élections législatives.Les élections, selon des sources, sont un élément important et fondamental, mais la lutte contre la détérioration économique est plus importante, et le renforcement de la position de l’armée est également plus important.
Et il y a des influences telles que les affaires de la région entourant le Liban, et la crise des déplacés syriens, donc la question est, les élections peuvent-elles être la seule solution pour changer?

Pour changer, il y a quatre conditions selon les sources:

La première: qu’aucun incident sectaire fabriqué ne se produise avant les élections, car la situation sécuritaire avant cette date prévue est extrêmement importante.

Deuxièmement: Plus la pauvreté est grande, plus les élections affecteront les deux questions du clientélisme et du besoin. Dans le premier, les gens vont vers les politiciens proches d’eux pour organiser leurs affaires et leurs besoins,et dans le second, ils votent pour ceux qui offrent des cadeaux ou des services.

Et troisièmement, selon quelle loi électorale les élections sont tenues, et cela affecte le résultat également.

Et quatrièmement, si un parti nomme une personne indépendante et importante qui n’est pas partisane, et que la société civile nomme une personne inéligible. Cela signifie que l’électeur choisira le personnage le plus important entre eux. Par conséquent, il est important que la société civile, soit consciente de l’intégrité, de l’expertise et de l’importance des personnalités qu’elle désignera pour être sélectionnées.

Par conséquent, il est important d’abord que les élections aient lieu et ne soient pas reportées, et que leur résultat réalise l’inévitabilité du changement.Et on compte sur les sur les personnes qui seront présentées par la société civile, qui doivent être non seulement ambitieuses, mais crédibles, expérimentées et hautement qualifiées, sinon la situation au Liban va s’effondrer complètement.

Les sources ont souligné que l’un des aspects positifs est la conférence internationale de soutien à l’armée.Auparavant, il y avait eu deux conférences à Rome pour soutenir l’armée dans le cadre des travaux du Groupe international de soutien au Liban.Peut-être que le soutien français à cette conférence est un retour français à une nouvelle initiative différente de son celle qui avait été proposée au cours des dix derniers mois.Les sources ont indiqué qu’une coordination franco-italienne, a été initiée pour elaborer cette conférence. Et Rome a accueilli deux conférences de soutien à l’armée libanaise dans le cadre du groupe de travail international toujours en place, l’un de ses quatre objectifs étant de soutenir l’armée.L’idée de constituer le groupe a été lancée par l’ambassadeur Naji Abi Assi, qui était conseiller de l’ancien président de la République, Michel Suleiman, et ses trois autres objectifs sont: le soutien aux institutions et à la souveraineté, et l’aide aux affaires économiques et sociales, et l’aide à la question des déplacés.

Il n’est pas permis au niveau international, que la crise au Liban affecte la désintégration de l’armée ou la désintégration de la paix et de la stabilité. Il y a une decision internationale pour soutenir l’armée,et le cadre existe. L’armée est une institution autonome et elle est facile à soutenir et elle n’est pas liée à la formation du gouvernement ou à une quelconque voie de secours.