SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2021, Monday |

Sources diplomatiques pour « Sawt Beirut International » : Nous craignons pour le Liban et il est temps d’imposer des sanctions sévères

Charly Azar
A A A
Imprimer

Les fortes vagues d’auteur continuent d’entraver le mouvement du directeur général de la sécurité publique, le général de division Abbas Ibrahim, car la médiation qu’elle confie n’a pas reçu de réponse explicite avec ceux qui participent à la formation du gouvernement, qui est censé être un spécialiste selon ce que l’Occident veut soutenu par la France, mais les rapports diplomatiques occidentaux sont surpris par l’horreur du partage des quotas et des ministères par les personnes concernées.

Dans ce contexte, des sources diplomatiques occidentales ont exprimé leur crainte du processus de partage qui accompagne le dossier d’auteur, exprimant la crainte que le comportement de la classe dirigeante n’aggrave encore la situation au Liban.

Les mêmes sources ont révélé à Sawt Beirut International une atmosphère occidentale négative envers le Liban en raison du manque de responsabilité des responsables libanais envers les souffrances de leur peuple et les lourdes crises qui l’accompagnent sur un État semi-en faillite.

Elle souligne qu’il y a des opinions qui commencent à émerger dans les couloirs des capitales occidentales, afin de se déplacer vers le Liban et de faire pression à travers la France pour être plus sévère avec les responsables libanais et que le temps est venu de sanctions sévères contre les obstructionnistes, ce qui, selon la France, peut être une violation du processus de formation d’un gouvernement.

« Il y a une certaine division dans les capitales occidentales sur la qualité des sanctions, d’autant plus que le ressentiment à l’égard de la façon dont le gouvernement est formé ne satisfait pas l’Occident et le considère comme une continuation de l’approche perturbatrice et destructrice qui a amené le Liban à s’effondrer », ont déclaré les sources.

Les sources ont cité des diplomates occidentaux mécontents de certains responsables au Liban qui pensent encore de manière destructrice, même s’ils sont tenus de se retirer et de donner aux spécialistes la confiance de l’Occident pour sauver ce qui reste au Liban.

Selon les sources, l’Occident attend de près l’issue de la situation au Liban en ce qui concerne la formation du gouvernement, et attend que la formation s’appuie sur le nécessaire et s’engage vers des décisions plus dures contre tous ceux qui sont encore distraits par le partage des quotas.

Les sources craignent que le processus d’auteur ne soit une combinaison afin d’exploiter les prochaines élections législatives, ce qui est inacceptable car le peuple libanais mérite le changement pour le mieux.