SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Syndicat des importateurs de médicaments : Nous continuerons à répondre aux besoins du marché

Le Syndicat des sociétés d’importation de médicaments et des propriétaires d’entrepôts au Liban, en réponse aux informations rapportées dans certains médias et sur les sites de réseaux sociaux selon lesquelles certaines sociétés d’importation de médicaments ne livrent pas les médicaments aux pharmacies et au marché libanais, a confirmé que « les sociétés d’importation continuent à sécuriser les besoins du marché en médicaments, selon la capacité de chaque société en fonction du stock dont elle dispose. »

Le syndicat a également confirmé dans une déclaration que « les sociétés importatrices de médicaments travaillent dur pour sécuriser les besoins du marché malgré la crise et les circonstances bien connues. Les entreprises s’efforcent également de remplir leurs devoirs moraux et nationaux, malgré les énormes pertes financières qu’elles subissent. »

Le syndicat a souligné que « tout le monde connaît la marge bénéficiaire limitée des entreprises qui importent des médicaments, et le syndicat a clarifié cette question à maintes reprises, car la marge de profit de l’importateur est déterminée par le ministère de la santé, comme c’est le cas pour les pharmaciens, et elle se situe entre 7,5 et 10%, et couvre les dépenses directes et indirectes, en plus de toutes les dépenses administratives, opérationnelles et autres. »

Aussi, le syndicat a ajouté : « Le tableau officiel des prix publié par le ministère de la Santé publique, qui est l’autorité autorisée à publier les prix des médicaments au Liban, suit le taux de change du dollar de 20,650 livres libanaises depuis le début du mois, et il est resté à ce niveau malgré la hausse du taux de change sur le marché noir il y a deux semaines, dépassant les 25 000 livres libanaises. Malgré cette réalité, qui a conduit les entreprises à subir des pertes lourdes et supplémentaires au cours des deux dernières semaines, le Syndicat communique constamment avec toutes les parties concernées et les responsables, en particulier avec le ministère de la Santé, pour aborder toutes les questions liées au secteur pharmaceutique et chercher par tous les moyens disponibles à garantir les besoins du marché. »