SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Tarzien lors d’une veillée pour les organisations étudiantes en hommage aux martyrs du 6 mai : Sacrifice pour leur peuple et si les dirigeants d’aujourd’hui avaient atteint leur niveau, nous n’aurions pas atteint ce présent douloureux

Wataniya – L’intérêt des étudiants zawaryan du Parti Tachkent et du secteur de la jeunesse du parti a organisé une veillée devant la statue des martyrs sur la place des Martyrs à Beyrouth, en hommage aux martyrs du 6 mai, avec la participation d’organisations étudiantes et de jeunesse au Hezbollah, au Mouvement Marda, au Parti kataib libanais, au Mouvement Amal, au Parti national social syrien, au Parti démocratique arabe, au Parti démocratique libanais, au Parti Ramgavar et aux étudiants syriens.

Misrubin ( Misrubin )
Après l’hymne national et le dépôt de gerbes du Bloc des députés arméniens et des organisations de jeunesse des partis en l’honneur des martyrs du 6 mai, Alec Mesrubian a prononcé un discours de représentants d’organisations de jeunesse et d’étudiants et a déclaré: « Il y a dix jours, le peuple arménien a commémoré le 166e anniversaire du génocide arménien, et aujourd’hui nous commémorons le 155e anniversaire des martyrs de la liberté, de l’indépendance et des martyrs de tout le Liban. « Aujourd’hui, le 6 mai, nous nous sommes réunis pour nous souvenir de ceux qui ont été pendus uniquement parce qu’ils ont osé exiger la liberté et l’indépendance du Liban vis-à-vis de la tyrannie. »

« Nous nous souvenons de ceux qui voulaient l’indépendance de la barbarie et de la barbarie de Jamal Pacha l’Éventreur et de la tyrannie du sultanat ottoman. En 1916, le Sultanat lance une nouvelle campagne criminelle menée par le tueur en série, à quelques mètres d’ici, et sur la place de la tour en particulier, et la potence et la terre sont attachées au sang des hommes de la liberté. À l’époque, un ambassadeur étranger a appelé les dirigeants ottomans à mettre fin à cette campagne odieuse, et une réponse est venue la réponse d’Anwar Pacha comme suit: Le Sultanat a dû se débarrasser des Arméniens et des Libanais, nous nous sommes donc débarrassés de la première catégorie en les tuant, et nous allons nous débarrasser de la deuxième catégorie en les affamant. « Cette campagne n’était qu’un épisode de la série policière ottomane, alors ils ont continué sans délai et imposé le siège du Mont Liban, qui a conduit à la famine libanaise. »

« Il est de notre responsabilité aujourd’hui, en tant que jeunes et étudiants des partis libanais, de nous souvenir des sacrifices de nos martyrs et d’apprendre de leur lutte, parce que la menace ottomane n’a pas disparu. Nous nous inclinons en hommage aux âmes pures de nos martyrs, à leur détermination inébranlable et à leur foi nationale. Ainsi, à partir de cette arène honorable, nous renouvelons notre promesse de faire de leur cause une flamme qui ne s’éteint pas.

« Le 6 mai de chaque année, nous nous réunissons pour les martyrs de la vérité, de l’humanité et de la parole libre, ainsi que pour ceux qui ont poussé leur vie et tenu tête au mastodonte ottoman-turc pour préserver la dignité et la liberté de l’être humain libanais. Le 6 mai est le jour des martyrs, et le jour de la fierté pour chaque martyr qui rejette l’humiliation à laquelle son peuple est soumis est une fête nationale malgré tous ceux qui tentent de falsifier l’histoire et la plupart d’entre eux ces jours-ci. Ce jour-là, un moment de l’histoire a été consacré, la puissance turque a été brisée et pavée pour son départ de notre patrie, le Liban. « Oui, nos martyrs ont défendu la parole de vérité et leurs actions humanitaires, et par l’exécution, ils ont été récompensés par le criminel ottoman, mais l’écho de leur parole et les actions et les cris de refus de se soumettre à l’humiliation a secoué la terre et vaincu le tueur en série, et voici la place de la tour qui est devenu la place des martyrs qui nous attend chaque année et nous attendra pour célébrer les héros du Liban et les héros de la liberté et la souveraineté. »

Il a ajouté: « La marche continue, parce que nous sommes des gens qui ne sont pas vaincus et non soumis, nous sommes des gens qui ne se retirent pas de la droite si peu importe combien de temps cela prend et notre lutte pour établir le droit à la cause du génocide arménien n’est rien d’autre que le modèle de notre entêtement envers une bonne cause. Ici, nous nous souvenons de ce que Gibran Khalil Gibran publia dans la revue d’art en 1917 : « Mes parents sont morts affamés, et ceux qui ne sont pas morts de faim artistique par l’épée… « Ceux qui partagent leurs familles avec tristesse et détresse ressentent les condoléances alaouites générées par le martyre, mais sont fiers d’eux-mêmes parce qu’ils meurent innocents de personnes innocentes. » « Aujourd’hui, nous sommes ici, pour nous souvenir des martyrs nationaux et pour tirer la leçon de leurs sacrifices pour le Liban et son peuple, et ce dont nous avons besoin aujourd’hui, ce sont ceux qui sacrifient pour le Liban, pas ce précieux Liban et son peuple pater père. »

« Nous assistons tous aux crimes des Ottomans tout au long de l’histoire et même aujourd’hui, où qu’ils se trouvent, la destruction, le meurtre, le déplacement, la loi martiale et l’exécution. Malheureusement, le tyran essaie de répéter son crime et personne ne le tient responsable, mais nous aimons la vie et sommes prêts à témoigner pour la liberté de notre patrie et la dignité de l’homme en elle. Nous sommes les descendants des héros martyrs Cheikh Ahmed Tabbara et Jirgi al-Haddad, nous sommes les descendants de cette élite de héros et petits-enfants du martyr Omar Hamad et comme lui nous le disons toujours: « Nous sommes les descendants des fils des alliés qui ont été glorifiés et ola », et nous ajoutons: Nous sommes les descendants des survivants du génocide contre les peuples de la région et les descendants des survivants des tyrans turcs et héritiers des Ottomans.

« De nos martyrs, nous tirons la volonté, la violence, la persévérance et le sacrifice pour les patries les plus précieuses, le Liban. Le 6 mai 1916 est une date inoubliable, une histoire qui a fondé une lutte nationale libanaise pour la liberté, et le voyage du « Liban le Message », dont a ensuite parlé en 1989 le pape Saint-Jean-Paul II, a commencé sur la place des martyrs, où tous les spectres ont été unis sous la bannière de la patrie et la terre de riz a été rempli du sang des justes.

Il a déclaré: « Il est vrai qu’au Liban nous avons payé et nous payons toujours un prix élevé, et la dernière chose qui s’est produite est le crime de l’époque, le crime du 4 août, le crime de trahison dans lequel Beyrouth a été trahie pour éliminer la mémoire et l’histoire de notre capitale. Nos proches innocents sont tombés insidieusement. Cette infraction ne passera pas sans la responsabilité des auteurs, comme je l’ai déjà indiqué, nous sommes un peuple armé d’entêtement et de droit, et nous continuerons à nous battre pour que l’auteur soit puni. « Les justes martyrs de la trahison ne meurent jamais, mais ils vivent en nous avec notre dureté et notre profondeur, et leurs martyrs resteront pour toujours. »

Il a ajouté: « Nous ne pouvons pas être dans l’arène de l’honneur, sans mentionner mes dirigeants aujourd’hui, s’ils existent, et nous leur disons: Si vous aviez aujourd’hui l’esprit des martyrs et élevé au niveau des martyrs du 6 mai qui ont sacrifié le précieux et bon marché pour leur peuple, nous n’aurions pas atteint ce cadeau douloureux. Qu’est-ce que ce peuple devrait encore souffrir, est-il nécessaire que l’ère noire de l’histoire du Liban se reproduise? Non, messieurs, vous avez tort, ces gens méritent tous les sacrifices. « Du carré dignité, place des martyrs, nous vous appelons à vous élever immédiatement au niveau des aspirations de notre peuple à former un gouvernement digne de leur seul souci d’être leur peuple, et à travailler sans relâche et sans ennui pour jeter des bases fermes, nationales et productives pour l’économie et l’avancement de la nation. »

« En cette occasion nationale, je salue en mon nom et au nom du Bloc parlementaire arménien toutes les organisations de jeunesse et les dirigeants des partis qui sont avec nous aujourd’hui. Je salue également l’intérêt des étudiants zawariens pour le parti de Tachkent pour l’organisation de cet appel national, et je dis à ses membres que vous êtes un exemple d’unité pour le Liban, qui souffre aujourd’hui, mais avec des jeunes qui apprécient votre énergie gagnera. Ne désespérez pas, combattez comme vos ancêtres se sont battus, et triomphez de tous ceux qui ont déformé notre patrie afin de devenir comme vous libre de tous les diktats des tyrans, et de maîtriser comme bon vous convient. « Le ballon sera gagné, et il ne fera que vous gagner. »

    la source :
  • NNA