SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Trésor américain: le Liban a démontré sa réticence à mettre en œuvre les réformes

Le sous-secrétaire au Trésor américain pour le terrorisme et le renseignement financier, Brian Nelson, a exprimé « la préoccupation du Trésor concernant les défis auxquels l’économie libanaise est confrontée en raison de l’inflation, des coupures d’électricité, du chômage et des pénuries alimentaires, étant donné que la corruption au Liban a toujours été un moyen de faire les affaires et de faire de la politique, et a infecté l’économie libanaise et son système financier. »

Lors d’une réunion virtuelle avec l’Association des banques, Nelson a déclaré que le Liban « a démontré son incapacité ou sa réticence à mettre en œuvre les réformes économiques requises ».

Nelson a noté que « les États-Unis affirment leur engagement à empêcher le Hezbollah d’exploiter le système bancaire américain et international, car il exploite le système financier libanais pour financer ses activités criminelles au Moyen-Orient ».

Il estimait que « le Hezbollah contribue à une culture de corruption, et nous avons inscrit sur la liste des sanctions Youssef Fenianos et Ali Hassan Khalil, qui se sont entendus avec le Hezbollah pour utiliser le public à leur avantage personnel et au profit du Hezbollah».

D’autre part, Nelson a clairement indiqué qu’il attendait de l’Association des banques libanaises et de ses membres qu’ils jouent un rôle actif dans la détermination du rôle du Hezbollah dans le système financier libanais, exprimant sa déception qu’aucune mesure n’ait été prise pour sauver ce système de la corruption, notamment le rôle joué par les banques dans la détermination de la PPE ou des personnes politiquement exposées et leurs sources de richesse.

Nelson a souligné que « chaque banque qui traite avec une personne ou une institution figurant sur la liste des sanctions s’expose à des sanctions ou à la possibilité de perdre ses comptes auprès des banques correspondantes ».