SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 October 2022, Friday |

Trois dossiers clés derrière l’attaque de Salameh !

Reuters a rapporté que la justice libanaise a ouvert une enquête contre le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, après une demande juridique suisse alléguant le détournement de plus de 300 millions de dollars de la banque centrale, par l’intermédiaire d’une société appartenant au frère de Riad Salameh.

En réponse, une source informée a souligné que l’affaire de la justice suisse est entourée de mystère d’une part qu’il a été dit plus tôt (janvier dernier) qu’il y avait eu une invitation contre Riad Salameh ouvert en Suisse, mais le temps a prouvé que ce n’est pas vrai. Aujourd’hui, c’est d’autant plus vrai que, s’il y a lieu, il y a une pression sur le gouverneur central pour qu’il modifie sa position sur trois dossiers, dans lesquels il est un obstacle aux forces politiques :

Premièrement, il y a la question de la levée du soutien à la fin mai, où les forces politiques insistent pour continuer à soutenir même le dernier dollar de la banque centrale, ce que Salameh rejette catégoriquement, étant donné que nuire aux précautions obligatoires — l’argent des déposants — est une mesure contraire aux lois.

Deuxièmement, il y a la question de la plate-forme en ligne qui sera lancée la semaine prochaine, qui mettra une plus grande transparence dans le prix du marché, ce qui dérange certains utilisateurs du marché noir en raison du contrôle important des bénéficiaires à travers cette plate-forme.

Troisièmement, il y a une loi de contrôle des capitaux, qui est actuellement à l’étude au Parlement, qui contient les plafonds de transferts que le secteur bancaire libanais ne peut pas se permettre sous la menace de frapper la lire d’une manière sans précédent, et donc il y a des béliers sur ces plafonds entre la banque centrale et les forces politiques.

Ces trois points sont à l’origine de l’attaque contre Salameh, selon la source, qui a confirmé qu’il existe un processus sans précédent d’opinion publique afin de couvrir de nombreux dossiers que l’autorité politique n’a pas abordés, principalement la carte de rationnement, l’électricité et le décret de démarcation.

« Certains pensaient qu’ils seraient en mesure de mettre le gouverneur de la banque centrale hors de l’examen criminel, mais il a remis la plupart des dossiers au ministère des Finances, où seulement 1% des dossiers restaient à remettre au début de la semaine prochaine », a déclaré la source.

Mais la question, maintenant que la banque centrale a remis ses dossiers, est où est la société d’audit? » et donc les forces politiques sont susceptibles d’être dirigés pour accuser Salameh d’être le « cripple » de la société d’audit.

    la source :
  • Reuters