SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Un cas de choléra a été enregistré au Liban pour la première fois depuis 1993

Le ministère de la Santé a annoncé l’enregistrement du premier cas de choléra au Liban dans le gouvernorat du Akkar, notant que l’état du patient est stable et qu’il reçoit un traitement à l’hôpital. Il convient de noter qu’il s’agit du premier cas au Liban depuis 1993 (date de la dernière épidémie de choléra).

Le ministre intérimaire de la Santé, Firas Abyad, a tenu une réunion de coordination avec les partenaires concernés.

Le plan de préparation et de réponse au choléra du ministère de la santé, qui a été préparé en coopération avec l’Organisation mondiale de la santé et l’UNICEF, et en accord avec tous les partenaires de soins de santé, a été présenté. Le plan comprend les éléments suivants :

– Renforcement de la surveillance des cas et de leur entourage, par des visites sur le terrain, l’examen des sources d’eau et des réseaux d’égouts, et des examens bactériologiques si nécessaire.

– Début de la surveillance du germe du choléra dans les eaux usées par la collecte d’échantillons dans tous les gouvernorats libanais pour la culture bactérienne.

– Diffusion d’une circulaire aux hôpitaux, aux centres de santé et aux agents de santé sur la définition des cas.

– La constitution d’un stock initial de vaccins et de médicaments nécessaires, en prévision du traitement des personnes atteintes.

– Activation du travail des laboratoires d’analyse de l’eau, qui se trouvent dans certains hôpitaux publics, afin de renforcer le contrôle périodique de l’eau potable.

– Coopérer avec les Ordres des médecins et des infirmières et la Société libanaise des maladies bactériennes, afin de mettre en place des cours de formation pour les agents de santé sur le traitement des cas d’infection et les méthodes de contrôle de l’infection, en particulier dans les établissements de santé.

– Coopérer avec les ministères concernés, notamment ceux de l’énergie et de l’eau, de l’intérieur, des municipalités et de l’environnement, afin d’assurer le contrôle de l’eau potable et de l’assainissement.

Par ailleurs, une cellule de crise a été formée, comprenant des experts et des spécialistes, pour répondre à l’épidémie de choléra et suivre l’évolution de la situation au quotidien.

    la source :
  • NNA