SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Un enregistrement de Kordahi avec une activiste.. « Bien sûr, je suis avec Al-Assad, et c’est mon devoir de reconnaître Hezbollah »

Lebanon Files
A A A
Imprimer

L’activiste syrienne Maysoon Bayrakdar a publié sur son compte Facebook l’enregistrement d’un appel qu’elle a passé avec le ministre de l’information George Kordahi.

Bayrakdar, qui n’a pas révélé son identité au début de l’appel, a félicité Qardahi pour sa nomination ministérielle et a eu la conversation suivante avec lui :

« Nous attendons que vous visitiez la Syrie ».
Kordahi a répondu , « Bien sûr, nous soutenons l’unité. »
Elle a ajouté : « Nous n’oublierons pas votre position à nos côtés et votre gentillesse à notre égard. »
Il a répondu : « nous sommes toujours d’une seule main. »

Au cours de la conversation, Mme Bayrakdar a signalé que le slogan « Espoir pour l’action » était le même que celui du président syrien Bashar al-Assad. Kordahi a demandé si c’était vraiment le même slogan, et quand elle a répondu par l’affirmative, il lui a dit : « C’est adorable, très adorable », ce qui a fait rire l’activiste.

Kordahi a ajouté : « Lorsque la déclaration ministérielle sera terminée et que le gouvernement prendra confiance, alors je serai ouvert à toutes les interviews. »

De plus, Kordahi a affirmé : « Bien sûr, je suis avec le président Bachar Al-Assad, et je ne lui suis pas hostile. » Il poursuit : « Ma position est fixe et ne changera pas ou ne sera pas modifiée, et je suis toujours dans la même position ».

Lorsque Kordahi a demandé si l’appelant avait pris une déclaration de presse ou une interview de lui, elle lui a assuré que « la conversation est amicale et non enregistrée. »

Au cours de la conversation, Kordahi a estimé que « la Syrie a atteint le bout du tunnel et en sort, et nous espérons que les réfugiés reviendront alors qu’ils ne sont pas à l’aise en dehors de leur pays, et personne n’est à l’aise en dehors de son pays, et les conditions du Liban affectent la Syrie et la décision de César affecte aussi ».

En outre, il a souligné que « le Hezbollah est une composante libanaise, et il est de mon devoir de reconnaître son existence et de le soutenir dans son travail et sa résistance pour libérer le sud et autre que le sud. »

Et après que Bayrakdar lui a révélé qu’elle n’était pas une partisane du régime et qu’elle appartenait à l’opposition, Kordahi s’est mis en colère et lui a dit : « Vous avez tué des gens et détruit la Syrie, et vous avez soulevé l’opposition et voyez où vous avez amené la Syrie ».