SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Un nouveau gouvernement après les élections… Mikati portera-t-il à nouveau la boule de feu?

Le Premier ministre Najib Mikati a expliqué que:« le gouvernement actuel travaille comme une seule équipe malgré la présence d’opinions multiples pour enrichir la discussion et non pour l’entraver, et nous travaillons tous d’une seule main pour y parvenir ».

Il a déclaré:« Tout au long des mois de travail du gouvernement, nous avons été confrontés à un défi quotidien à tous les niveaux, et en général, le gouvernement a fait la plupart de ce à quoi il s’était engagé, en termes d’élaboration d’un plan de relance, d’élections législatives, maintenir la sécurité et préserver les relations libano-arabes ».

Dans une interview avec « Al-Hurra Channel » menée par Mona Saliba, on lui a demandé qui il proposerait pour former le nouveau gouvernement, et il a dit:« J’espère que la personne qui sera chargée de former sera l’un des élus parlementaires ».

Il a souligné qu’« il y a 27 personnalités sunnites désignées parmi celles qui peuvent être élues, et la plupart d’entre elles ont des compétences, et surtout, le gouvernement doit être soutenu par le Parlement ».

« Je ne suis pas un étudiant de l’État »

Et s’il accepte la formation du nouveau gouvernement, il a déclaré:« Je ne suis pas un étudiant d’État, et j’ai porté la boule de feu avec le témoignage de chacun à la recherche du salut, et si tout le monde ne réalisait pas la difficulté de l’étape et ne coopère pas, je ne suis pas prêt à me précipiter dans cette affaire ».

Il a ajouté:« Je ne veux pas être coincé dans une position rigide sur cette question, car les choses dépendent de leur timing. Si je dois assumer cette tâche, le gouvernement sera formé rapidement et dans les paramètres appropriés, alors je suis prêt ».

Il a poursuivi:« Je suis avec le même gouvernement, et pour moi nous sommes 24 personnes » 24 carats.

La dernière étape des élections

Concernant son bilan des élections législatives qui se sont déroulées dans les pays d’expatriation, il a déclaré:« Les élections se sont déroulées avec succès malgré leurs complexités logistiques, mais nous avons souhaité que le nombre de votants libanais soit plus important », estimant que « c’est bien que le 16e arrondissement n’a pas été approuvé dans la loi électorale, car la question Il a contribué à maintenir la relation étroite entre les résidents libanais et les Libanais dans les pays d’expansion ».

Il a estimé qu’« il n’est pas possible de prédire les tendances du vote des expatriés en attendant le décompte, mais à travers ce que nous avons suivi, la plupart de ceux qui se sont inscrits pour voter souhaitent retourner au Liban ».

Concernant l’étape finale du scrutin du 15 mai, Mikati a indiqué que les préparatifs sont terminés et que le ministre de l’Intérieur prend toutes les mesures pour que le scrutin se déroule de manière équitable et transparente.

Les sunnites participeront

Commentant le boycott sunnite des élections, il a déclaré: Les sunnites participeront et il n’y a pas de boycott des élections. Il y a une décision du Courant du Futur de ne pas participer, mais il y aura certainement des députés représentant la secte sunnite et véhiculant ses préoccupations.

Les élections présidentielles

D’autre part, Mikati a clarifié le contexte des données qui ont nécessité sa crainte que les élections présidentielles ne se tiennent pas à temps, en disant:« J’ai parlé en tant que personne s’occupant des affaires publiques et j’ai accompagné les élections présidentielles ces dernières années ».

Il a ajouté:« Jusqu’à présent, je ne vois pas comment sortir des complications connues, mais les choses dépendent de la volonté du nouveau parlement, et il faut que les choses s’organisent rapidement, et qu’un nouveau président soit nommé, former rapidement un gouvernement, et nous le soutiendrons. Les choses sont liées aux résultats des élections.

En ce qui concerne les négociations sur la démarcation des frontières et l’imminence de l’occupation israélienne prenant des mesures pour rechercher du pétrole dans le champ contesté de Karish, il a déclaré: J’ai demandé aux ministres des Affaires étrangères, des Travaux publics, des Transports et de la Défense nationale de nous informer des mesures et les informations nécessaires pour prendre les mesures appropriées pour protéger le droit du Liban.

Il n’y a pas d’alternative à un accord avec le FMI

D’autre part, Mikati a estimé qu’« il n’y a pas d’alternative à l’accord avec le Fonds monétaire international », ajoutant:« Nous sommes au milieu d’une crise difficile, et les responsables d’un certain nombre de pays nous ont informés qu’une fois cet accord est signé, des subventions seront accordées pour soutenir le Liban.

Il a poursuivi:« A travers l’accord initial, nous avons mis le train de la solution sur les rails, mais il n’a pas encore commencé, et la recherche doit être complétée avec le Fonds monétaire international concernant les dossiers pertinents, y compris ceux liés aux droits des déposants ».

Il a déclaré:« Aussi, nous n’en avons pas fini avec le Fonds monétaire international, qui stipulait 4 préalables : le budget, le secret bancaire, le projet de loi sur les transferts, en plus d’un projet lié au secteur bancaire, que nous espérons transférer au Parlement. après la session du gouvernement la semaine prochaine ».

Notre objectif n’est pas de protéger les banques

En réponse à une question sur la protection des banques, il a déclaré:« Nous protégeons les banques parce qu’elles sont un élément essentiel du cycle économique du pays, et nous ne protégeons pas les banquiers. Le Liban a aussi besoin des banques et du secteur privé pour le relancer ».

En outre, Mikati a commenté le rejet par le secteur bancaire du plan du gouvernement, déclarant:« Il existe une sorte de critères établis par le Fonds monétaire international concernant la capacité de l’État à s’acquitter de ses fonctions ».

Il a souligné que:« notre objectif n’est pas de protéger les banques ou de les frapper, sachant que le plan n’est pas finalisé, et le FMI a fixé un cadre pour la solution, et rien ne se passe sous la contrainte, et celui qui a une meilleure suggestion, s’il vous plaît vas-y ».

Concernant la hausse du dollar douanier, il a expliqué que « toutes les questions liées au dollar seront progressivement levées afin que nous puissions assurer l’équilibre financier, sinon nous serons sans ressources de l’État. La crise nécessite des mesures graduelles et d’accompagnement pour sortir de la crise.

Concernant la vente des réserves d’or détenues par le Liban, Mikati a souligné que:« l’or ne sera pas touché du tout, et il y a une loi qui l’empêche ».