SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 July 2022, Thursday |

Un nouveau scandale…53 fausses entreprises volent 60% du pétrole libanais

Récemment, une vidéo a circulé sur les réseaux sociaux, appartenant au Dr Ahmed Yassin, dans laquelle il évoque « avec des documents et des preuves, comment l’État libanais a volé du pétrole et l’a vendu avant de l’extraire », comme indiqué dans celle-ci.

Il a déclaré : « Après la découverte de pétrole et de gaz au Liban, le gouvernement a préparé en 2010 la loi n° 132/2010 en plus de la formation de l’Autorité nationale de gestion du secteur pétrolier ».

A propos de la loi norvégienne, qui est très bonne et excellente, et stipule en bref qu' »une société nationale doit être formée pour établir un fonds souverain, que c’est-à-dire que lorsque les sociétés qui investissent viennent chercher du pétrole, la société nationale de l’État libanais communique avec toutes les sociétés qui investissent, leur donnant les bénéfices qui lui appartiennent et ce qui reste Vous le mettez dans le fonds souverain de l’État libanais. Par exemple, la Norvège a réalisé des profits de 1040 milliards de dollars grâce au fonds souverain qu’elle a créé ».

Il a poursuivi: « Lorsque nous avons atteint l’année 2017, l’ancien ministre Gebran Bassil, le député Cesar Abi Khalil et le Hezbollah ont amendé cette loi susmentionnée, car ils n’en bénéficient en rien… L’amendement a été publié dans un décret portant le numéro 2017/ 43 composé de 269 pages, alors que Que la loi fait 29 pages ».

L’amendement stipule la suppression de la Société Nationale et le survol du fonds souverain, et l’utilisation des sociétés privées qui investissent auprès des sociétés d’investissement, c’est-à-dire l’introduction d’un intermédiaire dans le processus…

Ils ont également « retourné et amendé le décret 43/2017 avec un autre décret n° 4918 qui stipulait la création de la « société intermédiaire » dont les tâches sont de jouer le rôle de médiation entre la société qui investit et l’État libanais, ce qui signifie que le pétrole n’est pas plus longtemps pour l’État dans ce principe »

Enfin, il a révélé : « le scandale majeur en la matière, que ces sociétés ont été découvertes qu’un total de 53 sociétés fictives de 53 hommes politiques libanais ont été établies en 2017 à Singapour, le capital de la société la plus importante est de deux mille dollars pour la plus importante société, et le capital de l’une d’elles atteint deux dollars. L’État et le peuple libanais ne doivent pas avoir plus de 20% de la richesse pétrolière totale, et les 60% restants vont aux sociétés intermédiaires et à leurs investissements, et les 30% aux sociétés qui investissent… »

    la source :
  • Almarkazia