SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Un procès de Khalil et Zuaiter pour expulser le juge Al-Bitar

Le système politique continue de saper les enquêtes sur l’explosion du port de Beyrouth, et de contourner les procédures de l’enquêteur judiciaire, le juge Tarek Al-Bitar, après les progrès tangibles qui ont été réalisés à cet égard et avec l’atteint des étapes finales.

« Sawt Beirut International » a appris que l’ancien ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, et l’ancien ministre des Travaux publics, Ghazi Zuaiter,ont déposé une plainte devant la Cour d’appel de Beyrouth dirigée par le juge Nassib Elia, demandant l’expulsion de Bitar en réponse à la décision de ce dernier de les convoquer à une séance d’interrogatoire en tant qu’accusés de « négligence et intention probable ayant entraîné la mort à la suite de l’explosion du port de Beyrouth ».

Et c’est avant que ce tribunal ne termine d’informer les parties du contenu de la plainte du député Nohad Al-Machnouk et de recevoir leurs réponses.

La Cour d’appel n’a pas encore entamé les procédures pour informer les parties du contenu du procès de Khalil et Zuaiter.Cependant, des sources judiciaires bien informées ont révélé à « Sawt Beirut International », que « les procédures de notification débuteront quand le tribunal décide. » Les sources ont confirmé que ce tribunal « accélère le rythme des notifications de l’affaire Al-Machnouk, pour étudier immédiatement le dossier pour prendre la décision appropriée, soit en acceptant l’affaire et mettant fin à la mission du juge Al-Bitar, soit en la rejetant, et ainsi ce dernier reprend ses enquêtes sur l’affaire. » Les sources ont souligné que « la loi n’obligeait pas le tribunal à un délai précis, mais ce dernier s’obligeait à accélérer le prononcé de sa décision, d’autant plus que l’enquête sur l’explosion du port est suspendue depuis lundi dernier ».

Les mêmes sources n’ont pas exclu que « le tribunal rejette l’affaire al-Machnouk, étant donné que la Cour d’appel n’est pas la référence valable pour examiner une affaire pareille », en expliquant que « l’enquêteur judiciaire est nommé à son poste par décision du Conseil supérieur de la magistrature et sur la base d’un décret du gouvernement et cela ne fait pas partie des plans de travaux de la Cour d’appel,et ainsi elle n’y a aucune autorité. »

Cependant, les mêmes sources craignaient « d’une serie de procès successifs contre Bitar pour bloquer la voie vers la vérité ».

    la source :
  • Sawt Beirut International