SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Un rapport international met en garde… Le Liban figure sur la liste des pays où les conditions risquent de se détériorer pour 2022

Le nom du Liban figure sur la liste des 20 pays en situation de crise humanitaire, publiée par le Comité international de secours (International Rescue Committee IRC) pour le suivi des urgences pour l’année 2022, une liste mondiale qui suit les crises et les conflits dans 20 pays, dont les conditions devraient encore se détériorer au cours de l’année prochaine.

Les besoins humanitaires au Liban devraient augmenter en raison de l’augmentation des niveaux de pauvreté et du faible accès aux services de base, la population réfugiée étant exposée à des risques nettement plus élevés. En outre, les manifestations antigouvernementales à Beyrouth ont dégénéré en violences, alors que les crises politiques et économiques se poursuivent.

Dans son rapport, le Comité international de secours (IRC) a cité la plupart des pays figurant sur la liste des crises humanitaires, en particulier les dix premiers pays qui ont connu des conflits quasi ininterrompus au cours de la dernière décennie, entravant leur capacité à répondre aux défis mondiaux, tels que la pandémie de Corona et le changement climatique. Ces 20 pays abritent 10 % de la population mondiale, mais ils représentent 89 % des personnes ayant besoin d’une aide humanitaire dans le monde, car les familles déplacées, en particulier les femmes et les filles, sont touchées de manière disproportionnée par les crises.

Selon le rapport, les pays de la liste de surveillance sont divisés en 10 pays classés et la seconde moitié (10 pays) non classée. Parmi les 10 pays classés, l’Afghanistan occupe la première place d’une liste de surveillance où la population est de plus en plus incapable de répondre aux besoins fondamentaux et où l’économie et les services publics s’effondrent, malgré la fin du conflit principal. En deuxième position, on trouve l’Éthiopie, que les scientifiques mettent en garde contre le danger de sécheresse dû au phénomène La Niña, dans un contexte de conflit persistant.

En troisième position, on trouve le Yémen, qui occupait la première place et a quitté la tête de la liste de surveillance de la Comité international de secours pour la première fois en trois ans, non pas parce que la situation humanitaire s’est améliorée, mais parce que les crises dans d’autres pays s’aggravent plus rapidement.

En 2021, le conflit armé dans le gouvernorat de Marib s’est intensifié et s’est étendu à de nouvelles régions telles qu’Al-Bayda et Shabwa, tandis que les tensions se sont également intensifiées entre le gouvernement internationalement reconnu et le Conseil de transition du Sud.

Parmi les pays arabes figurant sur la liste, la Somalie est classée 8e en raison de l’escalade des tensions politiques et du risque de sécheresse et de reprise des violences.

La Syrie se classe 9e après une combinaison désastreuse de crise économique, de conflit et de pandémie de Corona, qui promet de se détériorer encore en 2022.

En 10ème position se trouve le Soudan, en raison de l’incertitude politique, des risques de conflits locaux et régionaux, de la crise économique et de l’exacerbation de la sécheresse qui ont augmenté.

Quant au Liban, il figurait sur la liste sans être classé parmi les 20 pays en crise humanitaire. Et la responsabilité de l’explosion du port de Beyrouth est encore loin d’être établie. L’attention mondiale a été attirée sur l’escalade de la crise économique et politique au Liban après l’explosion survenue début août 2020. Celle-ci a fait plus de 200 morts, des milliers de blessés et des dégâts estimés à 15 milliards de dollars.

    la source :
  • CNN Arabic