SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Un rapport israélien reprend la chronologie des événements tendus à la frontière libanaise

Aujourd’hui, samedi, le journal israélien Yedioth Ahronoth a publié un rapport sur la chronologie des événements tendus ces derniers jours à la frontière israélo-libanaise.

Yedioth Ahronoth a déclaré que les roquettes lancées par le Hezbollah vendredi depuis le Liban sont la suite d’une série d’événements qui ont commencé lors de l’agression israélienne sur Gaza en mai dernier, notant qu’il y a 3 mois, la frontière nord a commencé à se détériorer au fil du temps, depuis le lancement de cellules palestiniennes des roquettes depuis le sud du Liban vers la mer, en passant par de légères confrontations sur la frontière avec des manifestants, pour atteindre les roquettes de Kiryat Shmona il y a quelques jours, puis ce qui s’est passé hier vendredi.

Le journal indique que des cellules palestiniennes ont tiré des roquettes sur Israël à 3 reprises au milieu de l’opération à Gaza, et après deux mois de silence, les roquettes ont été tirées à nouveau avant la visite de Naftali Bennett, le Premier ministre israélien dans la région du nord, et deux semaines après que Tel Aviv ait annoncé son rejet d’une telle situation, des roquettes ont été tirées sur Kiryat Shmona à midi.

La chronologie de l’escalade a commencé, comme indiqué dans le journal, de la manière suivante:

Le 13 mai, 3 roquettes ont été tirées du Liban en direction de la Galilée et qui ont atterri dans la mer, l’objectif était alors de faire passer le message que la résistance est une au Liban et en Palestine, tandis que les forces de l’armée libanaise capturaient le lance-roquettes utilisé à l’époque dans la ville de Tyr près du camp de réfugiés palestiniens de Rachidieh .

Le 14 du même mois, un jour plus tard, 3 missiles ont été lancés depuis la Syrie et deux d’entre eux ont explosé dans le sud du plateau du Golan sans déclencher les sirènes et ont atterri dans des zones ouvertes.

Le même jour, des affrontements ont eu lieu à la frontière avec des Libanais qui tentaient de s’infiltrer par solidarité avec Gaza, et plusieurs personnes ont été blessées avant d’annoncer la mort d’un Libanais.

Le 18 mai, 6 autres missiles ont été tirés et ont explosé du côté libanais de la frontière, tandis que l’armée israélienne a répondu en tirant des obus à la source des tirs.

Le lendemain (le 19 du même mois), 4 missiles ont été tirés, dont l’un a été intercepté par le dôme, tandis que l’autre a explosé dans une zone ouverte et dans la mer. L’armée israélienne a répondu en tirant 16 obus d’artillerie, alors que l’on estime que des cellules palestiniennes étaient derrière le lancement, comme cela s’est produit les fois précédentes.

Le 20 juillet, des roquettes ont à nouveau été tirées, avant la visite de Bennett dans le nord et deux mois après la dernière opération à Gaza. Pour la première fois depuis que Bennett est entré au bureau du Premier ministre, deux roquettes ont été tirées, l’une a été interceptée et l’autre est tombée dans une zone ouverte. L’armée israélienne a déclaré qu’une cellule palestinienne était derrière son lancement, tandis que l’armée a répondu par des tirs d’artillerie sur le Liban.

Quelques heures après le bombardement, Bennett s’est rendu dans la zone de Ma’alot et a signalé le tir des roquettes en disant que son gouvernement ne permettrait pas que la souveraineté et la sécurité des Israéliens soient violées, et que quiconque tenterait de nuire paierait un prix douloureux.

Le 4 août de cette année, 3 roquettes ont été tirées sur Kiryat Shmona en Galilée, deux d’entre elles sont tombées dans une zone ouverte et la troisième à l’intérieur du Liban, l’armée israélienne a estimé qu’une cellule appartenant à une faction palestinienne était responsable de leur lancement, et a ensuite attaqué à l’artillerie la bande frontalière libanaise en deux lots.

À l’aube du 5 août, c’est-à-dire le lendemain, pour la première fois depuis des années, des avions de guerre israéliens ont attaqué des cibles à Marjayoun, dans le sud du Liban, en s’abstenant d’attaquer des cibles du Hezbollah, se contentant de frapper les infrastructures d’où étaient lancés les missiles.

Le 6 août (vendredi), le Hezbollah a lancé 19 missiles sur Israël depuis la zone du « Mont Dov », sur le triangle frontalier avec le Liban et la Syrie. Le dôme a intercepté plus de 10 missiles, tandis que les autres ont atterri dans des zones ouvertes sans causer de blessures ou de dommages. En réponse, l’armée israélienne a tiré de l’artillerie sur les zones d’où les roquettes ont été lancées.

Le journal cite des sources israéliennes selon lesquelles les institutions militaro-sécuritaires n’ont pas été surprises par le barrage de roquettes, bien que le Hezbollah ait initialement choisi de ne pas intervenir, avant de changer sa position par la suite.