SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Un stand de protestation de la FENASOL devant le centre principal de la Caisse nationale de sécurité sociale

La Fédération Nationale des Syndicats des ouvriers et employés au Liban « FENASOL » a tenu un stand de protestation cet après-midi devant le principal centre de sécurité sociale à Cola – Wata al-Musaytbeh, en présence d’organismes syndicaux, sociaux, culturels et ouvriers et d’associations des femmes concernées par les questions de la femme libanaise.

Les Déclarations des participants à la manifestation ont affirmé la condamnation de « la levée totale de la subvention des médicaments pour les maladies chroniques et de la médecine en général, ainsi que de l’hospitalisation et du traitement médical pour les assurés », et ont exigé de l’État « le paiement de son dû financier à la sécurité sociale, estimé à des milliards de livres libanaises, dont la valeur matérielle s’est érodée à la suite de la hausse insensée du dollar et de l’effondrement de la monnaie, malheureusement. »

Et ils ont souligné, « la nécessité de mettre fin au cartel des hôpitaux privés qui respectent un tarif financier qui est le double du tarif convenu, en violation de ses contrats signés avec l’administration de la sécurité sociale. »

Le chef de la Fédération Nationale des Syndicats des ouvriers et employés au Liban « FENASOL », qui est le parti qui appelle à la manifestation, Castro Abdallah, a prononcé le discours de la Fédération nationale, dans lequel il a déclaré : « Nous avons annoncé cette manifestation et l’avons appelée ici, devant le centre principal de la Caisse nationale de sécurité sociale, pour tirer la sonnette d’alarme qui est devenu une menace pour la sécurité sociale et les autres assurés, et afin de mettre tout le monde devant ses responsabilités, y compris le conseil d’administration de la sécurité sociale, qui manque aujourd’hui à ses devoirs pour la préserver et lui fournir un filet de sécurité et de protection ainsi qu’aux autres assurés. À la lumière des tentatives sérieuses et continues d’éliminer la sécurité sociale, menant à son effondrement, comme le reste des secteurs considérés comme publics, et L’État a la responsabilité directe de la préserver en respectant les conditions du Fonds monétaire international. »