SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Une Crise économique… l’éducation est-elle en mesure de faire des examens officiels?

Des sources du Ministère de l’éducation et en contact avec les départements des écoles privées et publiques et les commissions de l’éducation dans les régions, ont indiqué qu’elles suivraient la fin de l’année scolaire et veilleraient à ce que les élèves reçoivent une évaluation des renseignements et mettent à jour les informations qu’ils n’ont pas encore tirées du programme, en particulier après le retour de l’école.

Les sources ont confirmé que les deux diplômes officiels sont en bonne voie, et le niveau moyen prévu pour la période allant du 12 au 15 juillet et le niveau secondaire, dans les quatre niveaux prévus entre le 26 et le 30 juillet. Le ministre de l’Éducation Tariq Al-Maghoub a déclaré aujourd’hui à la télévision que « les examens officiels d’attestation existent dans les délais et ne seront pas difficiles » .

Dans ce contexte, les sources ont indiqué que les cahiers d’examens ont été sécurisés, que l’impression se fera dans l’imprimerie de l’armée, et que le financement a également été assuré à partir des crédits alloués aux examens. Le ministère s’est également assuré une coopération avec des écoles privées, où les élèves du secondaire passeront des examens, chacun dans son école, sous la supervision de deux ou trois personnes déléguées par le ministère, et ils sont, en principe, le chef du centre, son assistant et l’observateur général. Les concours, selon les sources, seront envoyés par e-mail le matin de l’examen, et ils seront imprimés à l’école, et il est probable que les caméras ne seront pas allumées dans toutes les écoles.

En ce qui concerne l’enseignement secondaire, les sources ont confirmé l’adoption du principe de l’espacement social, du port du masque et de la stérilisation. Le Ministère des examens de l’époque avait adopté l’espacement pour prévenir la tricherie. Comment se fait-il que, dans ces conditions, il y aurait plus de distances et plus de discorde dans les chambres et moins d’élèves par classe, en partant du principe que les examens seraient faciles, d’autant plus que les programmes seraient réduits de moitié et que seuls ceux qui n’auraient jamais été étudiés seraient reportés.

En ce qui concerne les informations sur la possibilité d’annuler les examens officiels en raison de la situation économique difficile, de la pénurie aiguë de carburant ou de la hausse sensible des prix, les sources ont indiqué que : « Dans ce cas, les examens ne s’arrêteront pas seulement, mais le pays tout entier. Parce que la question des brûlures se reflète dans l’électricité et l’Internet, dans la capacité des employés à accéder à leurs occupations et à empêcher tout le monde de se déplacer facilement. Mais on ne peut prédire ce qui arrivera ensuite. Le Ministère a un plan délibéré pour aller de l’avant. Les autres détails vont attendre.

Et si l’éducation sera également « en ligne » l’année prochaine en raison de la crise économique, elle a répondu : « Nous ne savons pas à partir de maintenant jusqu’à un peu plus tard ce qui va se passer, alors comment pouvons-nous parler de l’année prochaine, mais le plan est de revenir à l’enseignement normale. »

    la source :
  • Almarkazia