SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Une divergence concernant la condamnation de l’invasion de l’Ukraine par la Russie

La déclaration du ministère libanais des affaires étrangères condamnant l’invasion russe en Ukraine a suscité une controverse sur la scène locale. Le Liban s’est divisé entre partisans et adversaires de cette déclaration.

Ain al-Tineh, par le biais de ses sources, a annoncé qu’il la désapprouvait. Quant au Hezbollah, Selon le membre du bloc « Loyauté envers la Résistance », le député Ibrahim al-Moussawi, a déclaré : « Ils prennent leurs distances et affirment leur neutralité où ils veulent, et ils s’ingèrent et condamnent où ils veulent, une affaire étrange et bizarre. » Il a demandé : « Quelle politique étrangère suit le Liban, et quel est l’intérêt du Liban dans ce domaine ? S’il vous plaît, notre ministre des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, explique la situation pour nous. »

En revanche, les capitales européennes ont salué son contenu. Dans ce contexte, les ambassadeurs de France et d’Allemagne au Liban ont rendu visite à Bou Habib pour remercier le Liban de sa déclaration sur la crise russo-ukrainienne et ont souhaité que le Liban maintienne cette position. Ils ont également demandé la participation du Liban à l’adoption de la résolution soumise au Conseil de sécurité sur la crise et à son vote ultérieur à l’Assemblée générale.

Bou Habib a informé les deux ambassadeurs que « la position du Liban est cohérente et découle de son souci d’adhérer aux principes de la légitimité internationale et du droit international, qui constituent la garantie fondamentale de la protection de la paix et de l’ordre internationaux et de l’intégrité territoriale des petits pays, d’autant plus que le Liban a beaucoup souffert de l’occupation israélienne et de ses violations continues jusqu’à aujourd’hui. » Il les a également informés que « le Liban s’est abstenu de participer à l’adoption de la résolution soumise au Conseil de sécurité et que la position libanaise concernant le vote sera étudiée au cas où la résolution serait renvoyée à l’Assemblée générale en consultation avec le Groupe arabe ».

En outre, Bou Habib a précisé que « la position libanaise n’est pas dirigée contre la Fédération de Russie ou tout autre pays ami, mais plutôt une position de principe et ferme que le Liban a prise et prendra dans chaque crise similaire », notant qu’il a rencontré hier l’ambassadeur de la Fédération de Russie au Liban et lui a exprimé son regret que le Liban soit sur le point de publier une déclaration condamnant l’opération militaire russe, et que « cette position n’est pas dirigée contre son pays, et nous ne voulons pas qu’elle affecte les relations bilatérales étroites. »

Il convient de noter que les réunions tenues par le ministre avec les ambassadeurs d’Ukraine, de Pologne, de Roumanie, de France et d’Allemagne ont eu lieu dans le cadre de l’examen du sujet de la possibilité d’évacuer les Libanais d’Ukraine, en fonction de l’évolution de la situation sécuritaire.