SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Une lettre au Conseil de sécurité sur le financement de la cour libanaise… Voici les détails

L’avocat principal du Tribunal spécial pour le Liban, Dr Antonius Abou Kassam, en sa qualité de principal représentant légal des personnes affectées dans l’affaire de l’assassinat du martyr George Hawi, a adressé une lettre au Président du Conseil de sécurité des Nations Unies demander au Conseil de sécurité d’assurer le financement du Tribunal pour achever les procès dans l’affaire Ayyash (STL-18-10) Réparation aux victimes par le biais d’une décision de justice, qui est une compensation morale pour elles.

Le représentant légal des victimes a indiqué dans son livre au Conseil de sécurité que « la fin des procédures au Tribunal spécial pour le Liban ne porte pas seulement atteinte aux intérêts et aux droits des victimes qui ont été privées de justice pendant plus de quinze ans, mais il s’agit plutôt d’un message qui renonce à la communauté internationale d’affronter le terrorisme et la justice pénale internationale pour le statut de Mettre fin à l’impunité, ce qui pourrait menacer la paix et la sécurité internationales.

Il a ajouté : « La fin des procédures privera les personnes concernées de justice, d’autant plus que le renvoi du dossier aux autorités judiciaires libanaises semble impossible en raison de la nature du dossier et des informations et preuves sensibles qu’il contient, difficiles à stocker et à protéger. , en plus de l’incapacité des tribunaux libanais à conduire des procès dans les cas de ces attentats terroristes à la lumière des crises politique, économique et judiciaire dans lesquelles le Liban se débat.

Par conséquent, le représentant légal des personnes concernées a appelé le Président du Conseil de sécurité et les États membres, par respect pour leurs obligations d’assurer la mise en œuvre de la résolution 1757, à intervenir d’urgence afin de prendre les mesures suivantes :

A- Mettre la question du financement du Tribunal spécial pour le Liban à l’ordre du jour du Conseil de sécurité pour examen urgent.
B – Exhorter les membres du Conseil de sécurité et le Secrétariat général à trouver des moyens alternatifs de financement de la Cour conformément au paragraphe 2 de l’article 5 de l’Accord.
c- Approuver le financement du Tribunal spécial pour le Liban, en tout ou en partie, par l’Assemblée générale ou par le budget des Nations Unies.
d- Appeler la communauté internationale et l’exhorter à apporter un soutien matériel au Tribunal spécial pour le Liban.
c- Exempter exceptionnellement la République libanaise de l’exécution de ses seules obligations matérielles, conformément au paragraphe 1 (b) de l’article 5 de l’Accord.
Le conseil principal, le représentant légal des victimes, a fondé ses écrits et ses demandes au Conseil de sécurité sur les dispositions de la Charte des Nations Unies, le Règlement intérieur provisoire du Conseil de sécurité, le Répertoire des pratiques du Conseil de sécurité, Résolutions du Conseil, jurisprudence des tribunaux pénaux internationaux et modes de financement adoptés par les Nations Unies pour financer les tribunaux pénaux internationaux ou à caractère international.

Plus d’actualités sur le Liban