SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

Une proposition parlementaire pour abaisser l’âge du vote à 18 ans

Les représentants Bilal Abdullah, Rola Al-Tabash, Qassem Hashem, Akram Shehib, Sami Fatfat, Jihad Al-Samad, Osama Saad, Hadi Abu Al-Hassan et Faisal Al-Sayegh ont soumis une proposition de loi à la Chambre des représentants pour amender l’article 21 de la constitution, c’est-à-dire l’abaissement de l’âge du vote à 18 ans.

Le texte de la proposition:

Article premier: L’article 21 de la Constitution libanaise est modifié comme suit:

Article 21: Droit de vote

Tout ressortissant libanais qui a atteint l’âge de 18 ans de plein droit a le droit d’être électeur, à condition qu’il remplisse les conditions requises par la loi électorale.

Article 2: La présente loi sera exécutée dès sa publication au Journal Officiel.

Les raisons

Les insultes convaincantes indiquaient : « Depuis que la constitution libanaise a décidé que l’âge du vote est de 21 ans, complet depuis 1921, c’est-à-dire il y a cent ans.

Et depuis la vie politique au Liban a connu de nombreuses évolutions ainsi que des conditions sociales, sans parler de l’évolution qui s’est opérée dans la société en termes de développement intellectuel et de prise de conscience qu’est devenue la jeunesse.

Puisque le travail de la Chambre des représentants est de légiférer et de contrôler le pouvoir exécutif, ce qui signifie que la première tâche concerne l’avenir, qui est la jeunesse, et la deuxième tâche du Conseil est également leur avenir, notamment économique?

Et puisque l’âge d’engagement au Liban est de 18 ans, de sorte que lorsqu’un citoyen atteint cet âge, il peut prendre lui-même tout engagement de quelque nature que ce soit.

Il assume également l’entière responsabilité de ses actes.

Étant donné que cet amendement est une demande persistante et légitime de la jeune génération, il est apparu très clairement ces derniers temps.

Pour les raisons susmentionnées, et pour rassurer les jeunes en les impliquant dans la décision concernant leur avenir au Liban, nous sommes venus avec notre proposition d’amendement de l’article 21 de la Constitution, en espérant que l’Honorable Conseil en discuterait et en référerait à la Conseil des ministres fondé sur l’article 77 de la Constitution.