SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Une réponse du Comité des employeurs de l’hôpital Rafic Hariri à la déclaration de Baabda…

Le « Comité des employeurs, des entrepreneurs et des procédures de l’hôpital universitaire gouvernemental Martyr Rafic Hariri » a confirmé dans un communiqué, en réponse à la déclaration publiée dans les médias par le Premier ministre par intérim, Hassan Diab,

« Nous n’avons vraiment pas été surpris lorsque la déclaration a été publiée par la réunion de Baabda, car nous nous sommes habitués à la discrétion des décisions de toutes les parties prenantes et à leur injustice envers les institutions publiques en général et les hôpitaux publics en particulier. »

Elle a ajouté: « Nous ne permettrons pas que nous soyons exclus, marginalisés, ou la décision de passer inaperçue, qui prévoit le versement d’un mois de salaire en deux versements, à tous les travailleurs du secteur public, quels que soient leurs intitulés de poste, qu’ils ont accomplis. en étudiant la possibilité d’inclure une allocation salariale, plus tard les travailleurs des institutions publiques et des municipalités. .  »

Elle a ajouté: « C’est-à-dire que la décision est telle qu’elle est rendue et telle qu’elle est interprétée, sans accepter aucune interprétation qui nécessite un paiement partiel à une partie du secteur public, puis étudier la possibilité de nous inclure en tant qu’institutions publiques dans la décision après cela.  »

Elle a dit: « C’est comme si nous ne faisions pas partie de ce secteur, comme si nous n’étions pas des citoyens libanais, et nous ne sommes pas ceux qui portent tous les maux, les maladies, les épidémies, les catastrophes naturelles et non naturelles, et les résultats de guerres, attentats terroristes et explosions qui l’affligent de temps à autre.

Elle a ajouté: « Tout cela alors que nous sommes exclus de toute mobilisation générale, de toute situation d’urgence et de toute application du principe de rotation dans le secteur public, compte tenu de l’importance de notre présence dans nos travaux dans toutes les circonstances exceptionnelles.

Elle a ajouté: « Nous constatons que notre État nous prive des droits les plus élémentaires, au lieu de nous honorer et de nous élever à mains nues et de chercher comment nous dédommager pour tout ce qui nous afflige. »

Et elle a poursuivi: « En conséquence, nous mettons en garde contre la mise en œuvre de cette décision, sans notre couverture directe de ses effets et sans aucun délai comme le reste du secteur public.  »

Et elle a poursuivi: « En plus de toute décision de ce type qui pourrait être rendue à l’avenir, nous y ferons face avec des décisions plus sévères et sévères conformément au principe de l’apparence la plus sombre, avec des étapes qui commencent par ne pas assister à notre travail et ne se terminent pas par des appels à un arrêt complet du travail dans tous les services hospitaliers.

Le comité a conclu sa déclaration: « Nous rappelons aux personnes concernées que votre description de nous comme des héros et autres slogans qui vous sont retournés avec remerciements, ne nous ont jamais aidés et n’ont pas fourni les nécessités minimales de la vie. «