SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2021, Saturday |

Une réunion au Serail a discuté des moyens d’obtenir de l’essence pour les équipes de santé et des médias

Une réunion s’est tenue hier au palais du gouvernement, qui comprenait le chef du Syndicat des médecins de Beyrouth, le professeur Sharaf Abu Sharaf, le conseiller du Premier ministre, Hassan Diab, à la salle de sécurité Hussein Al-Qaafarani, le directeur général du pétrole , Aurour Feghali, et le chef du syndicat des éditeurs Joseph Al-Qusifi.

Les participants ont discuté de solutions pratiques pour soulager les souffrances des équipes de santé et des médias, et pour faciliter leur travail dans ces circonstances difficiles.

M. Al-Qa`fari nous a informés qu’il est impossible d’assurer une protection militaire en raison du petit nombre de missions aux frontières, et les capacités des forces de sécurité sont également limitées, et les stations-service ont des départements indépendants et elles ne peuvent pas se conformer aux circulaires. .

Par conséquent, le Comité mixte de sécurité encourage les hôpitaux à passer directement des contrats avec les gares voisines pour une heure spéciale et spécifique chaque jour par semaine, comme c’est actuellement le cas, et il espère aller de l’avant avec les étapes réussies présentées par certaines municipalités et certaines gares dans tous les régions : Coral, Jiyeh, Sidon, Tyr, Jezzine, Siblin, Jbeil, Brax, Furn El Chebbak et autres.

Le comité souhaite que les syndicats de santé (médecins, infirmières, dentistes, pharmaciens, kinésithérapeutes, travailleurs des centres de santé et hospitaliers) commencent une phase de test dans la grande région de Beyrouth, alors que le comité attribue la station-service Medco à Hazmieh à son propriétaire, Georges Brax, uniquement pour le personnel de santé de cette zone, tous les jours de 8h00 à 17h00.

Il souhaite également que les syndicats de la santé créent leur propre plateforme via le bureau informatique de chaque syndicat pour éviter les embouteillages automobiles, et communiquent avec M. Al-Qaafrani sur les détails, à condition que cette expérience, en cas de succès, soit étendue à toutes les régions libanaises. .

Il semble que la crise de l’essence puisse s’étendre au-delà de la levée de la prochaine subvention à la fin de ce mois.

Nous espérons donc que cette proposition sera pratique et le début d’une solution qui facilite le travail de chacun.

A noter que le Syndicat des Médecins travaille d’arrache-pied avec certaines stations pour trouver des solutions pour toutes les régions libanaises, sachant que le problème de sécurité, c’est-à-dire assurer la protection, reste la base.