SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Une série de condamnations à l’encontre de 20 accusés dans le dossier des « terroristes de l’Hôtel Du Roy »

Le tribunal militaire permanent dirigé par le général de brigade Mounir Shehadeh a rendu une série de décisions à l’encontre de 20 accusés dans le dossier de ce qui a été appelé « les terroristes de l’hôtel Du Roy » dans la localité de Raouche en 2014, qui abritait un groupe de terroristes qui planifiaient de mener une attaque terroriste. Un certain nombre d’entre eux ont été arrêtés alors qu’une patrouille de la sécurité publique a fait une descente dans l’hôtel.

Les accusés sont : François Fayez Boucheran, Abdul Rahman Nasser Al-Shailfi (Saoudien), Alaa Ali Kanaan, Mahmoud Muhammad Khaled surnommé Zahrman, Ayman Ali Kanaan, Muhammad Waheed Al-Abd Al-Jabbar (Syrien), Muhammad Ali Ismail Ismail, Ahmed Jamal Al-Hussein, Jamal Ali Al-Hussein, Muhammad Khader Harmoush, Hajar Abdullah Abdullah, Raed Khalid Talib, Ahmed Muhammad Khalid, Muhammad Ali Jawhar, surnommé Abu al-Zubayr, Hisham Rashid Hussein, Yahya Muhammad al-Jassem surnommé Abu Musab, Haitham Muhammad Khalid, connu sous le nom de Haitham Zahrman, Abd al-Qadir Abd al-Rahman Numan, Abdullah Tariq Khayat et Ahmed Khaled Kanaan.

Le fond des arrêts a déclaré que, sur le sol libanais, le premier, jusqu’à la cinquième, septième, onzième et jusqu’à la dernière, a rejoint l’organisation terroriste « ISIS » dans le but de mener des actes terroristes au moyen de ceintures explosives et d’explosifs, et de les posséder et de les acheter dans ce but, ainsi que le premier, le deuxième, le onzième et jusqu’au dernier ont planifié de la réalisation d’une opération suicide par le premier et le deuxième et de tuer le plus grand nombre possible de personnes, hommes, enfants et femmes, et donc la non-réalisation était due à des circonstances indépendantes de leur volonté, qui les ont empêchés de le faire.

Les troisième, quatrième, cinquième et septième sont également intervenus dans le crime de planification et d’exécution d’une opération suicide, et le sixième a financé le premier avec une somme d’argent en sachant que cette personne qui lui remet l’argent est un terroriste, et les huitième et neuvième ont vendu 30 bagues et 6 bobines de fusible Cortex aux troisième et septième pour un montant de 3 mille dollars sans qu’ils sachent que ces explosifs seront utilisés dans des opérations de détonation, et que le but de la vente était uniquement le profit financier, et le dixième a vendu une quantité de gènes et de fusibles Cortex au neuvième dans le but de s’en débarrasser après les avoir trouvés lors de la restauration de la maison de son père décédé sans qu’il sache que ces matériaux seront utilisés pour des travaux de sécurité.

Les dispositions étaient les suivantes :

-Imposer la prison à vie avec travaux forcés aux premier, deuxième, troisième et quatrième, et les dépouiller de leurs droits civils.
-Les cinquième et seizième sont punis des travaux forcés à temps pendant vingt ans et sont déchus de leurs droits civils.
-Une peine de trois ans de travaux forcés a été infligée au sixième, la privation de ses droits civils, et une amende de 3 millions de livres libanaises.
-Une peine de sept ans de travaux forcés a été infligée au septième et il a été privé de ses droits civils.
– Une peine d’emprisonnement de six mois pour le huitième et le dixième.
-Une peine de neuf mois de prison a été infligée au neuvième.
-Les onzième, douzième, treizième, quatorzième, quinzième, dix-neuvième et vingtième seront condamnés aux travaux forcés à perpétuité, avec privation de leurs droits civils.
-Imposant à la dix-huitième personne une peine de travaux forcés à temps de deux ans et la privant de ses droits civils.