SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2021, Friday |

Une simulation sur le terrain de l’explosion du port de Beyrouth

« Sawt Beirut International » a appris que l’enquêteur judiciaire dans le dossier de l’explosion du port de Beyrouth, le juge Tariq Bitar, a supervisé cet après-midi une simulation de l’opération d’explosion sur le terrain du port, en présence de responsables de plusieurs agences de sécurité, où la simulation a été effectuée sur le terrain sur une énorme modèle qui a été construit à cet effet, à la place du bloc n°12, qui contenait du nitrate d’ammonium, qui a explosé le 4 août 2020, et qui est très similaire à le hangar n°12, et cette simulation comprenait un processus de soudage identique à celui qui a eu lieu le jour de l’explosion, et en utilisant la même machine, afin de vérifier si la soudure déclenche un feu allume un incendie à l’intérieur du hangar, et de déterminer si l’incendie a été la cause directe de l’explosion.

En ce qui concerne les procédures d’enquête, le juge Bitar n’a pas interrogé aujourd’hui l’ancien chef de l’armée, le général Jean Kahwagi, comme prévu, car le représentant légal de Kahwagi, l’avocat Antoine Toubia, a présenté des défenses formelles, ce qui a nécessité le report de l’interrogatoire au 13 septembre. Tandis que Bitar, a interrogé Hani Al-Hajj Shehadeh, l’ancien membre du Conseil supérieur des douanes, en tant que suspect, en présence de son agent, l’ancien président de l’ordre des avocats, Antoine klimos, et des représentants de l’association du barreau, qui représente les victimes et les familles des victimes, et il a été décidé de compléter l’interrogatoire de Hani Al-Hajj Shehadeh au début de la semaine prochaine, car le juge Bitar devait se rendre au port dans l’après-midi pour superviser le processus de simulation susmentionné.

À l’heure actuelle, Bitar n’a pas encore reçu de réponse à la convocation adressée au premier ministre intérimaire, Hassan Diab, pour l’informer de la date de la séance prévue demain pour l’interroger en tant que suspect dans le dossier, ce qui signifie que la séance d’interrogatoire sera reportée à une date ultérieure.

    la source :
  • Sawt Beirut International