SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Walid Fayyad: Le secteur de l’énergie au Liban souffre de nombreux problèmes et d’énormes défis

La Branche des ingénieurs, les employés et les entrepreneurs des secteurs public et privé du Syndicat des ingénieurs de Tripoli et du Nord, en coopération avec la Branche des ingénieurs mécaniciens-conseils, ont organisé une conférence intitulée « L’énergie renouvelable et son rôle dans la réalisation du développement durable » à Tripoli , en présence du ministre de l’Energie Walid Fayyad.

Fayyad a déclaré: « Le secteur de l’énergie au Liban souffre de nombreux problèmes et d’énormes défis.  »

Le ministre de l’Énergie a évoqué les projets sur lesquels travaille le ministère dans le dossier des énergies renouvelables et a déclaré: « Le ministère de l’Énergie et de l’Eau a soumis il y a environ deux mois le rapport Energy Compact au secrétariat des Nations Unies avant la tenue du Le « Dialogue de haut niveau sur l’énergie », pour placer le Liban parmi les onze premiers pays du monde, a soumis le rapport Energy Compact.  »

Il a affirmé l’engagement de l’Etat libanais à développer le marché des énergies renouvelables afin d’atteindre l’objectif de 30% d’énergies renouvelables d’ici 2030, sur la base du rapport de l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA).  »

Il a souligné qu' »il est difficile de réussir à concrétiser ces projets, sauf à travers un partenariat sérieux entre les secteurs public et privé au Liban et en partenariat avec les amis du Liban dans le monde ».

Dans son discours, il a souligné que « les réalisations du marché des énergies renouvelables au Liban au cours des dernières années, en particulier le grand développement du marché du chauffe-eau solaire, où la taille du marché en 2020 a atteint environ 750000 mètres carrés de chauffe-eau solaires sur tout le territoire libanais, c’est-à-dire ce qui est économise annuellement environ 90 gigawattheures d’énergie.  »

Le ministre de l’Énergie a exprimé « la volonté du ministère de l’Énergie et de l’Eau et sa quête de sécurisation des mécanismes de financement de la communauté internationale pour relancer les projets de production d’électricité à partir de l’énergie éolienne d’une capacité de 226 mégawatts, pour lesquels des contrats d’achat d’énergie ont été signés en 2018. »

Le ministre Fayyad a mis en lumière le « secteur de la production d’énergie hydraulique avec lequel le Liban a commencé il y a près de cent ans.

Et cela grâce à la construction de barrages et de centrales hydroélectriques, sur Nahr al-Bared, Wadi Qadisha, Nahr al-Jawz, Nahr Ibrahim et Nahr Rachmia. »

Il a conclu en soulignant « une fois de plus le travail du ministère de l’Énergie et de l’Eau pour mettre en œuvre des projets d’énergies renouvelables comme un élément essentiel pour trouver des solutions aux problèmes du secteur de l’énergie ».