SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

William Noun à « Sawt Beirut International » : Nous ne reculerons pas jusqu’à ce que la justice soit rendue

Au Liban, la victime entre dans le box des accusés tandis que les bourreaux pillent l’argent du citoyen et détruisent ce qui reste des composantes de l’Etat. C’est ce qui s’est passé hier lorsque les familles des victimes du port ont décidé de mettre en œuvre le deuxième plan de leur programme de mouvement afin de contraindre les personnes qui ont signé la pétition de ne pas lever les immunités et à poursuivre ceux qui ont été accusés par l’enquêteur judiciaire dans l’affaire du bombardement du port, Tariq Al-Bitar, qui a été appelé « la liste de la honte ».

Le deuxième plan a été annoncé le jour de la commémoration de l’explosion du 4 août, et il nécessite d’entrer dans les maisons des ministres et des parlementaires parce qu’ils s’accrochent encore à leurs positions malgré la gravité de la catastrophe, et il a été lancé depuis hier, surtout qu’un autre massacre a anéanti les meilleurs jeunes du Akkar, la colère s’est donc multipliée, et les familles des victimes du port ainsi qu’un certain nombre de révolutionnaires ont couru vers les maisons des députés et, bien sûr, la maison du Premier ministre désigné Najib Mikati, mais la surprise a été pour eux la violence qui a été utilisée contre eux, en particulier ceux qui ont perdu leur frère et n’ont pas pu l’embrasser.

Il s’agit de William Noun, qui a subi les pires formes de violence. Aujourd’hui, il s’est rendu dans un hôpital pour passer des radiographies après qu’on lui ait diagnostiqué d’éventuelles commotions cérébrales s’étendant jusqu’au crâne. Et l’affaire ne s’est pas limitée à cela, puisqu’un groupe de chauves-souris nocturnes, dont les noms sont connus par Noun, ils ont déchiré les pneus de sa voiture et cassé ses vitres, la rendant impropre à la conduite.

Cependant, Noun, dans son interview avec « Sawt Beirut International », a confirmé qu’il ne reculera pas avec toutes les familles des victimes du port dans leurs démarches annoncées, soulignant que sa détermination s’est accrue après le massacre commis contre les habitants de la ville d’Al-Tlel et ses environs, et qu’ils n’auront pas peur en attendant la libération des autres détenus, surtout que le député Talal Al-Merehbi a fait des allégations contre eux, pour revenir et répéter, nous ne nous calmerons pas et nous ne nous reposerons pas jusqu’à ce que la justice soit réalisée et que les vrais criminels soient révélés.