SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2021, Friday |

Yamaq: Un couvre-feu nocturne doit être imposé à Tripoli, pour réduire le chaos sécuritaire

Le maire de Tripoli, le Dr Riyad Yamaq, a tenu une conférence de presse dans son bureau du palais municipal, au cours de laquelle il a discuté de ce qui se passe quotidiennement à Tripoli en raison du chaos sécuritaire.

Il a déclaré: « Il ne se passe pas un jour sans chaos sécuritaire dans les rues de Tripoli, en raison de l’absence d’une vie décente pour les citoyens, compte tenu de l’interruption du carburant, des médicaments et du pain, de l’augmentation insensée de la plupart des denrées alimentaires et de base. besoins, et les gens devant faire des files humiliantes devant les gares, les pharmacies, les boulangeries et les supermarchés.  »

Il a demandé: « Pourquoi Tripoli est-il toujours écrit pour en payer le prix ? Est-il destiné à en faire une ville hors-la-loi, en application d’agendas étrangers ? »

Il a déclaré: « Si la loi était appliquée au moment de l’incendie municipal, et que les auteurs qui sont apparus sur les caméras étaient révélés, personne n’oserait attaquer Tripoli.  »

Il a déclaré: « La question est également de savoir quel est le rôle du gouverneur dans la protection de la sécurité de la ville, alors qu’il préside le sous-conseil de sécurité.

Où est l’incendie municipal, le tribunal de la charia et le chaos sécuritaire qui s’installe ?

Est-ce destiné à forcer les gens à mettre en œuvre l’auto-sécurité que nous avons rejetée dans le passé, et que nous rejetons aujourd’hui et à l’avenir ?  »

Il a ajouté: « Nous, dans la municipalité de Tripoli, avons élevé la voix et exprimé notre volonté de contribuer à l’organisation de la distribution de carburant et de tous les besoins de base, mais personne n’a répondu et nous sommes livrés à notre sort. »

Il a poursuivi: « Ce qui est exigé de l’armée et des forces de sécurité, c’est d’imposer un couvre-feu la nuit, si nécessaire, avec quelques exceptions pour les secteurs qui travaillent la nuit.  »

Il a déclaré: «Pour ceux qui posent des questions sur la police municipale, nous disons que la police municipale joue son rôle en coordination avec les forces de sécurité, mais ses pouvoirs sont limités dans des cas aussi extrêmement dangereux.  »

Il a souligné que « la ville vit dans la misère, malgré les révisions et les hausses de voix ».

Il a demandé: « Est-il raisonnable que Tripoli, la deuxième capitale, vive sans électricité, et comment les installations de la municipalité peuvent-elles remplir leurs devoirs envers nos habitants de la ville ?

Comment le pauvre citoyen peut-il vivre au milieu de ce raz-de-marée de prix insensés alors qu’il n’a pas sa propre nourriture ? « .

Il a déclaré: « Ce qui est étrange, c’est que l’État a négligé le fonctionnement de la station Harisha, la Qadisha Electricity Company, qui alimente les quartiers de Tripoli et le quartier. »

Il a conclu: « Je demande aux pays amis arabes et internationaux de se tenir aux côtés de Tripoli et du nord pour surmonter cette crise.  »

En réponse à une question sur qui était derrière l’incendie de la municipalité, Yamaq a déclaré : « Lorsque la municipalité a été attaquée, il y avait des caméras qui ont été remises à ce moment-là aux forces de sécurité, qui à leur tour les ont remises aux autorités judiciaires.

Malheureusement, jusqu’à présent, il n’a émis aucun avis à ce sujet, et nous leur avons demandé des éclaircissements, d’autant plus que les photos des personnes étaient claires, mais il n’est pas nécessaire de les connaître autant que de savoir qui les a envoyées.

Il s’agissait d’un grand complot contre la municipalité de Tripoli pour son soutien permanent à la ville, et le but de l’incendie était d’attirer l’attention sur la municipalité et le tribunal de la charia, et de déformer l’image de la vraie révolution dans la rue.

Il y a un grand complot, mais nous avons le droit et l’État d’exposer les personnes impliquées. »