SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Yazbeck après la réunion de la commission de l’environnement: Nous ne manquons pas de législation mais de moyens pour la mettre en œuvre

La commission de l’environnement a tenu une session au Parlement présidée par le député Gayath Yazbeck et la présence de députés: Najat Saliba, Raji al-Saad, Simon Abi Ramia, Kassim Hashem, Ghassan Atallah et Mohamad Al-Hujairi.

Après la session, Yazbeck a déclaré: « La Commission de l’environnement a tenu sa première réunion aujourd’hui et a convenu d’être d’une seule main et de rassembler notre expertise dans différents domaines de compétence. Les anciens députés seront notre conscience, notre mémoire et nos archives, et notre expérience sera à notre disposition en tant que nouveaux députés avec de nouvelles idées de différents secteurs et disciplines. Il y a eu un consensus sur le fait que la méthodologie des premiers travaux d’aujourd’hui est la façon dont ce comité devrait travailler pour combler les grandes et graves lacunes actuelles dans la réalité environnementale catastrophique dans laquelle nous vivons au Liban. Elle a accepté de donner la priorité aujourd’hui au dossier des déchets, aux concasseurs et au dossier de la raffinerie, qui est dans un état déplorable. En ce qui concerne la réalité des forêts, des incendies et des espaces verts menacés par les incendies, d’autant plus que la défense civile d’aujourd’hui est incapable et n’est plus équipée ni physiquement, moralement ou humainement et que ses éléments fonctionnent sans sécurité sanitaire ou hospitalière à l’approche de la saison des incendies, et nous avons décidé lors de la prochaine réunion de la commission de l’environnement d’amener avec nous le ministre de l’Environnement pour présenter toutes les lois et législations et comment activer le travail environnemental et comment réglementer ce qui a besoin de législation et s’il y a une législation qui n’est pas appliquée et comment appliquer cette législation. « Nous avons convenu que nous ne manquons pas de législation, mais les moyens de mettre en œuvre ces lois sur le terrain sont totalement invalides et sont empreints de poussière et de corruption dans les administrations. »

Il a ajouté « La prochaine réunion sera avec le ministre de l’Environnement et nous inviterons le Conseil pour le développement et la reconstruction parce que nous avons une crise majeure appelée l’utilisation de polluants et l’assainissement sur les côtes du Liban et nous approchons d’une saison touristique ».