SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 June 2022, Wednesday |

L’OMS craint-elle que la variole du singe ne devienne une pandémie?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a assuré qu’il n’y avait pas lieu de craindre à l’heure actuelle que la propagation du virus de la variole du singe en dehors du continent africain ne devienne une pandémie.

Interrogée lors d’un point de presse sur la possibilité de transformer la maladie virale en une épidémie mondiale, Rosamund Lewis, qui est l’expert principal de la variole du singe, a déclaré: « Pour le moment, nous ne sommes pas inquiets d’une épidémie mondiale. »

« Il est encore possible d’arrêter cette épidémie avant qu’elle ne se propage. »

Depuis que la Grande-Bretagne a annoncé le 7 mai la première infection confirmée par la variole du singe, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé près de 400 infections dans quelque 20 pays où ce type de maladie n’apparaît normalement pas.

Qui s’est dit préoccupé par la « situation inhabituelle », mais a été assuré qu’il n’y avait aucune raison de paniquer.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la variole du singe est une maladie virale rare d’origine animale (transmise de l’animal à l’homme), et les symptômes de l’infection humaine sont similaires à ceux des personnes atteintes de variole, mais moins graves.

Certains patients développent des ganglions lymphatiques élargis avant l’apparition d’une éruption cutanée, une caractéristique qui distingue la variole du singe d’autres maladies similaires.

Il n’existe actuellement aucun traitement ou vaccin pour lutter contre le virus, mais la vaccination contre la variole s’est avérée très efficace pour prévenir la variole du singe.

La variole du singe a été découverte pour la première fois en République démocratique du Congo en 1970, et la plupart des cas ont depuis été signalés dans des zones rurales de forêts tropicales du bassin du fleuve Congo et d’Afrique de l’Ouest.