SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 July 2022, Saturday |

Un nouveau traitement pour les patients atteints d’un cancer du poumon

La traduction de « Sawt Beirut International »

Les experts ont fait l’éloge d’un nouveau traitement double qui peut augmenter la survie pendant des années.

Les résultats des essais annoncés ce mois-ci ont montré que les patients qui avaient reçu le médicament immunothérapeutique nivolumab avec une chimiothérapie avant la chirurgie étaient plus susceptibles de vivre plus longtemps, par rapport à ceux qui avaient reçu le traitement chimiste seul.

Les personnes touchées sont également restées sans symptômes pendant environ un an après la fin du traitement.

Les médecins pensent que les résultats de l’essai établiront une nouvelle norme en matière de soins aux patients.

« De nouvelles approches comme celles-ci ont transformé le cancer du poumon de quelque chose d’essentiellement incurable en une maladie chronique », a déclaré l’oncologue consultant Tobias Arkenau, du Sarah Cannon Research Institute au Royaume-Uni.

Il a poursuivi:« Le temps de la chimiothérapie seule est révolu. Avec le nivolumab, il y a même un espoir de guérison. C’est une expérience révolutionnaire qui change la vie des patients atteints de cancer ».

L’oncologue Dr David Carbone a déclaré:« Je crois que la combinaison de l’immunothérapie et de la chirurgie est la nouvelle norme de soins. Cela améliorerait certainement la survie globale au début de la maladie, pour la première fois depuis des décennies.

Le cancer du poumon est la cause la plus fréquente de décès par cancer au Royaume-Uni, représentant environ un cinquième de tous les décès dus à la maladie.

Il y a 50 000 nouveaux cas par an, dont 60% meurent dans l’année suivant le diagnostic. Seulement un homme sur cinq et une femme sur cinq vivront avec un cancer du poumon pendant plus de cinq ans.

Pour ceux qui en sont aux premiers stades de la maladie, une intervention chirurgicale est généralement proposée pour enlever une partie du poumon, la tumeur interne, dans l’espoir d’une guérison.

Ceci est généralement suivi d’une chimiothérapie pour tuer toutes les cellules cancéreuses qui se sont propagées ailleurs dans le corps, pour empêcher le cancer de revenir.

Mais entre un tiers et la moitié des patients opérés ont une récidive de la maladie et finissent par en mourir.

Au cours de l’essai, 358 patients ont été divisés en deux groupes. Les deux ont été traités avec trois doses de chimiothérapie, à trois semaines d’intervalle, mais un groupe a reçu une dose supplémentaire de nivolumab intraveineux en même temps.

Le nivolumab est connu comme un type d’inhibiteur. Il agit en bloquant une protéine appelée PD-1 présente sur les cellules cancéreuses, qui cache le cancer et l’aide à échapper au système immunitaire.

En bloquant PD-1, le nivolumab détecte la tumeur, de sorte que le système immunitaire attaque et élimine le cancer. Pendant ce temps, la chimiothérapie attaque directement les cellules cancéreuses.

Après la fin des trois cycles de traitement, il y avait une attente de six semaines avant la chirurgie.

Les patients sous nivolumab présentaient un risque de récidive de la maladie et de décès après deux ans inférieur de 37% à ceux qui avaient suivi une chimiothérapie seule.

On ne comprend pas entièrement pourquoi donner le traitement avant la chirurgie est tellement plus efficace.

Cependant, l’année dernière, la même équipe de recherche a révélé que l’approche peut réduire considérablement les tumeurs avant une opération, ce qui permet aux chirurgiens d’enlever plus facilement tout le tissu cancéreux, laissant un quart des patients effectivement sans cancer.